Le grand homme, dit Victor Hugo, naît deux fois. La première en tant qu'homme. La seconde comme génie.

Bonaparte à Arcole par Antoine-Jean Gros
Bonaparte à Arcole par Antoine-Jean Gros © Photo RMN-Grand Palais / G. Blot

C'est ainsi qu'à 26 ans, en 1796, éclot Napoléon. Au début de l'année, Il est encore un général d'état-major. Et soudain, il naît à l'amour avec Joséphine, il se marie avec elle, il se naturalise définitivement français en se débarrassant du "u" de son nom. C'est en Bonaparte, et non plus en Buonaparte, qu'il part en Italie en mars: "Patiente, ma bonne amie, écrit-il à sa jeune épouse, déteminée à ne pas le suivre, nous aurons le temps de faire l'amour après la victoire."

La campagne militaire qui commence éclipsera par son éclat les guerres révolutionnaires antérieures. Le compte n'en sera cependant pas soldé par le traité de Campo Formio de 1797: celui-ci dessinera une nouvelle carte provisoire du Rhin et du Nord de l'Italie mais n'amènera pas la stabilité. C'est le sort des victoires de Bonaparte: elles ne règlent pas les conflits, elles en annoncent d'autres. Mais c'est le choix qu'il fait avec la campagne d'Italie: il était simplement un militaire; il est devenu l'homme d'exception que sa force autorise dorénavant à manipuler sans cesse le sort des peuples.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.