Sanjay Subrahmanyam est né bien après l’indépendance, en 1961. Il appartient à une génération et à un courant d’intellectuels post-nationalistes.

 Sanjay Subrahmanyam
Sanjay Subrahmanyam © Maxppp / Daniel Fouray

Il enseigne un peu partout : en Californie –UCLA, à Paris –au Collège de France mais aussi bien en Israël, au Royaume-Uni. Le sujet de ses enseignements, c’est la première modernité –XVIe-XVIIe, et, dans la première modernité, les échanges et les connexions entre les espaces économiques et culturels, avec une dilection pour les zones maritimes et les diasporas de marchands. Ces années-ci, les Français en Inde au XVIIe sont ainsi, à leur tour, entrés dans son champ de réflexion.

Sanjay Subrahmanyam aurait pu être un excellent critique littéraire. Dans ce domaine, il a produit des textes qui tranchent tant ils s’intéressent uniquement à la qualité littéraire en soi sans se préoccuper des convenances idéologiques ou mondaines.

Quel que soit le domaine où il intervienne, Sanjay Subrahmanyam incarne une manière d’être indien qui n’est pas nécessairement antieuropéenne, une manière d’être moderne qui n’est pas nécessairement occidentale et une manière de vivre entre différents mondes, en diaspora qui n’est pas nécessairement malheureuse.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.