L’historien, curieux de tout, l’est aussi du corps, évidemment. De la beauté, de la laideur, de la maigreur et de l’obésité… L’historien est un ogre qui aime la chair. Mais il a fallu du temps pour qu’il le constitue comme objet d’étude.

Le jugement de Pâris par Lucas Cranach l'ancien
Le jugement de Pâris par Lucas Cranach l'ancien © Getty / Heritage Images

L’un des premiers à y penser fut sans doute Marcel Mauss. Au milieu des années trente, il se demandait pourquoi les infirmières qui le soignaient à l’hôpital avaient cette démarche particulière et il se souvint des réflexions que, soldat de la Grande Guerre, il se faisait sur la marche au pas, si différente des Anglais et des Allemands. D’emblée, l’histoire du corps intégrait non seulement celle des apparences et des mille façons de les corriger mais aussi la question de la silhouette, de la posture : pourquoi et comment se tient-on de telle ou telle façon ?

À la frontière de l’expérience sociale et de l’expérience individuelle, l’histoire du corps a longtemps été croisée avec celle des religions. Si on demandait à un crapaud, ironisait Voltaire, de définir la beauté divine, il songerait aussitôt à sa crapaude, avec son petit ventre et ses yeux à fleur de peau. Eh bien, les Grecs et les Romains se sont longtemps figurés leurs dieux comme des femmes et des hommes plus beaux qu’eux. 

Le christianisme introduisit ensuite un grand changement. L’incarnation du Christ allait en effet jusqu’à la Passion : l’expérience du corps était partagée par Dieu et l’homme non seulement dans la beauté mais également dans la douleur et dans l’espérance de la résurrection.

Au long des siècles, les changements dans l’histoire du corps se sont opérées par seuils, lentement, avec parfois des allers et des retours. Qu’on pense au souci de la propreté et à l’hygiène. Ce qui se passe depuis un siècle apparaît d’autant plus brutal. Au XXe siècle, les corps ont été martyrisés comme jamais par les guerres et les dictatures. Cependant l’époque a permis une exposition soudaine des corps - au public comme au soleil. Naturisme, aérisme, nudisme

Plus récemment, le tatouage, pratique jusque-là très minoritaire, s’est répandue dans tous les milieux, chez les femmes comme chez les hommes. 

D’abord, la psychanalyse a levé la censure sur l’inconscient, montrant qu’il parlait par le corps. Puis quasi toutes les censures sur le corps ont été levées. « Notre corps nous appartient », disait-on dans les années 1970. 

Aujourd’hui le corps est signature de soi. Il remplacerait presque la parole. Et ceci en un rien de temps, au regard de la longue durée.

L'Emission du jour : la beauté d'abord

1 min

Qu'est-ce que la beauté humaine ? par l'hélleniste, Jacqueline de Romilly

Par Les après-midi de France Culture du 28/07/1980

Pour « parler de la beauté humaine, il est évident qu’il faut parler de la Grèce », ainsi s’exprimait Jacqueline de Romilly en 1980 au micro de Jean-Paul Andrieu. Cette archive en ouverture de notre émission servira de fil rouge à notre thème du jour : les canons de la beauté.

La beauté des Grecs à l’époque classique, était alors un mérite, ouvertement reconnu et célébré. Elle s'alliait aux qualités d'ordre moral pour former l'idéal de l'homme accompli. Cela reste certes une beauté idéalisée et représentée dans la figure du jeune homme nu, de l’athlète victorieux, fort et puissant. Mais cette permanence de la beauté s'incarne aussi et avant tout dans les figures des dieux grecs, encore plus beaux, mieux proportionnés que les hommes.

Ce qu’est la beauté se laisse saisir difficilement, difficile est donc d’en donner une définition mais l'essentiel se passe notamment à travers la Femme car « la femme passe l’homme en beauté comme le jour est plus lumineux que la nuit. »

Bibliographie

  • Histoire de la beauté. Le corps et l'art d'embellir, de la Renaissance à nos jours de Georges Vigarello (Points).
  • Une histoire du corps au Moyen Age de Jacques Le Goff, Nicolas Truong (Liana Levi).
  • Histoire du corps (3 volumes) de Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine , Georges Vigarello , Collectif, Seuil.
  • Communications, n° 60, Beauté-Laideur, Collectif, Seuil.
Les invités
  • Georges VigarelloHistorien, philosophe et directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.