Les chemins du théâtre musical que nous emprunterons seront souvent des chemins buissonniers au sens qu’ils contourneront les massifs grand’genre. Cette semaine, l’opéra s’amusera.

Dessin pour le décor de La Fiancée Vendue de Bedrich Smetana
Dessin pour le décor de La Fiancée Vendue de Bedrich Smetana © Getty / DEA / A.Dagli Orti

Semaine spéciale « L’Opéra s’amuse »

Placer Les tontons flingueurs en exergue d’une série qui va nous mener à grandes enjambées de la foire Saint Germain à Broadway en passant par Offenbach, n’est-ce pas un peu étrange ?

Il n’y a chez Audiard que la musique des mots ? Ce n’est pas rien ! Surtout, ces mots sont devenus familiers à tous : si nous ne sommes pas capables de les dire par cœur, nous connaissons quelqu’un qui peut le faire, lors d’un déjeuner à la campagne ou d’un dîner en ville. Avec une technique parfaite, Audiard a ciselé ses dialogues de telle sorte qu’ils nous paraissent couler de source. Il a emprunté ici et là et il a fait d’une langue qui n’existe pas naturellement une langue commune. Simplicité apparente, accessibilité recherchée et, derrière tout cela, un, travail tout en finesse.

Exactement la définition qui convient aux formes que nous allons explorer.

Les chemins du théâtre musical que nous emprunterons seront souvent des chemins buissonniers, au sens qu’ils contourneront les massifs grand’genre. Cette semaine, l’opéra s’amusera, il sera indiscipliné. La plus haute précision se passera de démonstration. La gravité se chantera sans esprit de sérieux. Chaque époque, en la matière, a su déterminer des styles différents avec le souci d’être plaisants. Et ces styles demeurent. Comme si sur la carte de l’histoire, les chemins buissonniers menaient à des ronds-points par lesquels nous passons tous.

Programmation musicale :

"Le jugement de Midas" d'André-Modeste Gretry par Le chœur de la Chapelle royale de Paris et La Petite Bande sous la direction de Philippe Herreweghe et Gustav Leonhardt (2000)

"Zémire et Azor" d'André-Modeste Gretry par Les Chœurs et l'Orchestre de la RTB sous la direction de Gilbert Ernot et Edgard Doneux (1990)

"Lucile" d'André-Modeste Gretry par L'ensemble des Solistes de Liège sous la direction de Jean Biot

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.