Estampe japonaise de Kuruma Zukushi illustrant différents modes de transport - 1889
Estampe japonaise de Kuruma Zukushi illustrant différents modes de transport - 1889 © domaine public / The Library of Congress

Le décret qui ouvre en 1868 la période de la rénovation Meiji appelle les nouvelles élites japonaises à chercher au dehors toutes les connaissances nécessaires. Cependant il ne s’agit pas de plier la puissance de l’archipel : de la renouveler, plutôt. D’ailleurs, les dirigeants de l’époque n’employaient pas encore le mot de modernisation. Ils lui préféraient celui de civilisation. Leur homologues d’Amérique et d’Europe ont pensé qu’ils procédaient à une occidentalisation. Ce n’est vrai qu’en partie.

Dans la durée, la rénovation est aussi dictée par l’anti-occidentalisation. Les Japonais se sont fait peu d’illusions sur nous. L’un d’eux, Okakura, aura cette phrase terrible : « C’est quand nous avons commencé à utiliser leurs armes militaires que les Occidentaux nous ont considéré comme des égaux. En revanche, quand nous pratiquons nos arts aimables, ils nous prennent pour des barbares… » Ceci éclaire-t-il le dispositif subtilement mis au point par le Premier ministre Shinzo Abe pour le G7 dont il est l’hôte ? On sait que face à la Chine, il veut réarmer le Japon. Mais, pour le sommet, il va faire étalage des grandes traditions du pays. Il est vrai que le moment de l’année est parfait : De l’aurore qui point en ses blanches fleurs de prunier, voici la saison. Et s’il pleut ? Sous la pluie du printemps faisant causette s’en iront manteau de paille et parapluie… Et Merkel, Hollande, Tudeau et consorts iront dans un temple : dans l’île où se tient le sommet, un grand sanctuaire shintô les attend en effet pour vénérer les divinités illuminatrices du ciel. Puis Shinzō Abe accompagnera Obama à Hiroshima…

Evénement(s) lié(s)

Deux grandes séances parlementaires restituées par la Comédie Française

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.