Dans sa préface de Cromwell, Hugo avance que « tout dans la création n’est pas humainement beau, que le laid y existe à côté du beau, le difforme près du gracieux, le grotesque au revers du sublime, le mal avec le bien, l’ombre avec la lumière ». Il ajoute « le beau n’a qu’un type ; le laid en a mille. »

L'Allegra compagnia par Bartolomeo Passerotti
L'Allegra compagnia par Bartolomeo Passerotti © Getty / Mondadori Portfolio
2 min

La laideur selon Michel Simon

Par Sur Radio Canada en 1967

Ce portrait à priori grinçant de Michel Simon dressé par Paul Guth en 1955 souligne certes l’aspect difforme et grotesque du visage de l’acteur mais éclaire aussi la grâce et sa « laideur intelligente ». Un portrait quasi amoureux donc, admiratif même, une œillade finalement !

C’est là tout le paradoxe de la laideur : elle attire autant qu’elle repousse, elle dégoûte autant qu’elle fascine.

La laideur se vit effectivement de mille manières, quotidiennement, concrètement, souvent comme un fardeau qu’on porte physiquement et sous le regard des autres. 

Etre gros, obèse est toujours mal considéré. Pourtant le mot embonpoint est issu de la soudure de l'expression en bon point qui signifiait « en bon état », en « exact point ». Etre bossu, boiteux ou encore roux ont longtemps été perçus comme des attributs de la laideur. 

Qu'est-ce qui fait donc la laideur ? N’est-elle que subjective ? Est-ce seulement l’envers de la beauté ? pourtant ce que l’on envisage un temps « beau » peut se découvrir un jour « laid ».

La laideur : un scandale ou une force de la singularité ?

Bibliographie

  • Le propre et le sale. L'hygiène du corps depuis le Moyen Age de Georges Vigarello (Seuil).
  • Les métamorphoses du gras. Histoire de l'obésité du Moyen Age au XXe siècle de Georges Vigarello (Seuil).
  • Histoire de la laideur de Umberto Eco (Flammarion).
  • Le corps obèse. Obésité, science et culture de Jérôme Dargent (Champ Vallon).
  • Histoire de la laideur féminine de Claudine Dagaert (Imago).
  • Histoire du corps (3 volumes) de Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine , Georges Vigarello , Collectif, Seuil.
  • Communications, n° 60, Beauté-Laideur, Collectif, Seuil.

Filmographie 

  • L'étrange désir de Mr Bard de Geza Von Radvaniyi, 1953.
  • Falstaff d'Orson Welles, 1965.
Les invités
  • Georges VigarelloHistorien, philosophe et directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.