Camp de concentration de Natzweiler-Struthof
Camp de concentration de Natzweiler-Struthof © domaine public / 1940

C’était avant-guerre une petite station de sports d’hiver à l’usage des Strasbourgeois. Après l’annexion de l’Alsace, l’hôtel est réquisitionné et des blocks sont installés sur la pente de ski aménagée en terrasses.

De tous les camps du Reich, c’est le plus occidental. Evacué dès septembre 1944, il est libéré en novembre. Pourtant, en janvier 1945, il y a soixante-dix ans, il fonctionne toujours… Les détenus qui en ont été évacués en sont encore. Et beaucoup d’autres sont venus les rejoindre. C’est que le camp-souche a dissimulé tout un système fait de dizaines de kommandos de travail qui poursuivent leur travail en réseau. L’économie de guerre totale des nazis continue d’être nourrie par une immense remue d’hommes – des hommes qui ne sont plus chacun qu’un rouage, un morceau, ein stuck.

C’est seulement à partir de février que le système se désorganise. En France reconstituée, le camp-souche du Struthof a été reconverti en lieu de détention pour les personnes soupçonnées de collaboration tandis que les détenus du système survivant de Natzweiler sont conduits dans le désordre grandissant des marches de la mort vers le Sud de l’Allemagne. Dachau qui est en lien étroit avec Natzweiler continuera à tenir ses fichiers presque jusqu’au bout.

►►► ALLER PLUS LOIN | France Inter consacre une journée spéciale pour revenir sur cette date historique qui révéla aux yeux du monde entier l’horreur de la barbarie nazie

►►► ALLER PLUS LOIN | Quatre bouts de pellicule arrachés à l'enfer

►►► DOSSIER | Ils ont filmé les camps nazis

Photo : entrée du Camp de concentration de Natzweiler-Struthof (crédit photographique ici)

Les liens

Le site de l'ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof Lieu de mémoire et de recueillement, le site de l'ancien camp de Natzweiler est le témoin inscrit dans le paysage vosgien des faits qui se sont déroulés, il y a plus de soixante ans, au coeur de l'Europe. Les différentes structures mises en place (musée, Centre européen du résistant déporté, site internet etc) doivent désormais prendre le relais des témoins directs des événements. Élaborées avec eux et pour rendre hommage à leur combat, elles doivent transmettre leur histoire, leur mémoire, leur témoignage, en en respectant le sens et la portée. Pour que leur engagement continue à avoir un sens pour les plus jeunes générations et que personne n'oublie.

Association Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah-Amicale d’Auschwitz Ressources documentaires sur le camp de Natzweiler-Struthof sur le site de L’association Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah-Amicale d’Auschwitz.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.