Geneviève de Gaulle-Anthonioz
Geneviève de Gaulle-Anthonioz © MaxPPP

Les objectifs et jusqu’au vocabulaire de l’association ATD Quart Monde, dont Geneviève de Gaulle présidait la branche française, pénétraient dans le droit - sinon dans les faits.

Aujourd’hui, le président de la République accompagne Geneviève de Gaulle au Panthéon, sous le fronton duquel il faudrait inscrire dorénavant la formule « Aux grands hommes et aux grandes femmes, la patrie reconnaissante ». Remonte un autre souvenir. 1987, l’inauguration d’une dalle dédiée aux plus pauvres, au Trocadéro, parvis des Droits de l’homme, d’où on voit si bien la coupole de la rue Soufflot. Le discours, cette fois, était prononcé par le Père Joseph Wresinski, l’inspirateur d’ATD. A travers cette dalle, disait-il, « l’humanité doit pouvoir se rappeler ces grands témoins de l’histoire : les humbles, les petits, les rien-du-tout qui, au jour le jour, essaient de vivre les valeurs qu’on ne leur a pas toujours apprises mais que leur vie, leur cœur et leur intelligence leur ont fait découvrir ».

Bien avant, pendant la Grande Dépression, un journaliste américain, James Agee, avait recueilli le témoignage inestimable de quelques-uns de ceux que la vie laisse au bord de la route. Ce projet, comme celui des groupes d’archivage d’ATD, mérite d’être repris par les historiens. Nous sommes même tentés aujourd’hui d’emprunter le si beau titre de son livre : « Louons maintenant les grands hommes ».

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.