Marie-Antoinette arrêtée - Oscar Rex
Marie-Antoinette arrêtée - Oscar Rex © Andreas Praefcke / Andreas Praefcke

Un nouveau film, le septième peut-être, « Les adieux à la reine » , est consacré à la reine morte en 1793. Et reviennent inévitablement les mêmes interrogations qui entretiennent, depuis très longtemps, bien avant la naissance du cinéma, une surabondante littérature, aussi indiscrète que répétitive : Marie-Antoinette était-elle futile ou tragique, médiocre, héroïque ? Questions qui, à documentation et archives égales, resteront sans doute insolubles.

Il est plus excitant d'observer comment se constitue, autour d'un personnage qui n'était pas exceptionnel, une véritable mythologie. Mythologie foisonnante. Hésitante aussi : tirant parti de ses épreuves finales, les partisans de la reine parvinrent assez vite à lui redonner figure humaine : elle n'était plus seulement le monstre dénoncé par les libelles et les chansons, elle devenait une figure exemplaire de la mère. Et maintenant, c’est à la femme qu'est redonnée toute sa place. Une femme encore adolescente dans le film de Sofia Coppola en 2006. Une femme fière dans « Les adieux à la reine ».

Les adieux de Versailles, sans doute. Ce monde, depuis longtemps, n'a plus cours mais ceux de la reine, non : le mythe de Marie-Antoinette, sans cesse refabriqué, court toujours.

Evénement(s) lié(s)

Les Adieux à la Reine

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.