Virilitas par Crispin van de Passe
Virilitas par Crispin van de Passe © Anonyme / Anonyme

Qu'il est difficile de définir la virilité ! Ses attributs ne se tiennent pas toujours au même endroit. Qu'on pense simplement à un fait corporel apparemment anodin et que les historiens auraient tort d'abandonner aux magazines parce qu'il est à sa manière un fait social : la barbe, la moustache... Un moment, la virilité exige le poil; un autre, la voilà devenue imberbe !

Souvent virilité varie. Elle s'affiche et se vit selon des modes d'existence qui diffèrent d'une époque à l'autre. Au XVIe, au XVIIe, le courtisan subtil ne l'envisage pas comme le faisait le chevalier, plus brutal, du Moyen Age. Et le piéton-artisan de Paris, dans la mesure où on sait quelque chose de lui, n'a pas les mêmes manières que le cavalier.

Au fond, pendant cette période, c'est la représentation de la femme qui change peut-être le moins. L'homme n'est-il pas alors davantage occupé à interroger sa virilité qu'à considérer la femme ?

Pour éclaircir ces questions, les éditions du Seuil publient une gigantesque Histoire de la virilité en trois tomes dont nous recevons l'un des trois maîtres d'œuvre, Georges Vigarello.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.