Les simples repas des pauvres se préoccupaient peu des horaires et pas du tout de l’organisation en assiettes et services. Une soupe ou un bouillon, du pain qu'on trempait dedans et, en guise de boisson, une piquette, un demi-vin.

Le repas de noce - par Pieter Bruegel l'Ancien - 1568
Le repas de noce - par Pieter Bruegel l'Ancien - 1568 © Radio France / Kunsthistorisches Museum de Vienne

Dans une économie de subsistance et d'insécurité alimentaire, la faim rôdait, les territoires de la disette étaient immenses.

Mais dans la carte du ventre, il était de petits espaces, des moments de festin. Les contemporains de la Renaissance en nourrissaient leurs rêves et, à notre époque diététique, ils nous font encore saliver.

Au XVIe siècle, ils faisaient figure d'exception mais de l'exception, sont nées des règles qui, peu à peu, ont structuré l'art de la cuisine moderne.

Evénement(s) lié(s)

Festins de la Renaissance

Colloque international "Culture de table : échanges entre l’Italie et la France (XVe siècle – mi-XVIIe siècle)"

Les liens

L'Institut Européen d'Histoire et des Cultures de l'Alimentation L'Institut Européen d'Histoire et des Cultures de l'Alimentation est une agence de développement scientifique étroitement associée à l'université François-Rabelais de Tours. L'IEHCA a été créé en 2001 par la direction de l'enseignement supérieur du ministère de l'éducation nationale en partenariat avec la région centre. L'IEHCA a trois principaux objectifs : > contribuer au développement de la recherche en sciences humaines et sociales concernant l'alimentation. > contribuer à une meilleure prise de conscience de l'importance de nos modes alimentaires et culinaires comme éléments de notre patrimoine et de notre culture. > contribuer à faire de l'université François-Rabelais un pôle de recherche et de formation reconnu en ce qui concerne les sciences de l'alimentation.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.