La fable du corps bronzé…« Je pensais à la couleur que j’avais obtenue lors de ma dernière exposition au soleil. J’avais un assez beau hâle, semblable au bronze. » (Les heureux et les damnés de Scott Fitzgerald).

Affiche publicitaire de la SNCF de 1954 par Henri Baille
Affiche publicitaire de la SNCF de 1954 par Henri Baille © Getty / swim ink 2 llc
1 min

Maurice Chevalier commente la bronzite sur les plages de la Côte d'Azur

Par Jacques Charles

Maurice Chevalier en 1948, fait un portrait féroce de la mode de la « bronzite » et des corps exposés sur une plage de la Côte d’Azur : « l’épidémie a atteint son point culminant » !

La fable du corps bronzé…« Je pensais à la couleur que j’avais obtenue lors de ma dernière exposition au soleil. J’avais un assez beau hâle, semblable au bronze. » (Les heureux et les damnés de Scott Fitzgerald).  

Si aujourd’hui en Occident il n’y a pas de vacances sans bronzage, il a fallu des siècles avant qu’une peau bronzée soit à la mode et qu’on expose son corps au soleil. Jusqu’au XXème siècle, il fallait avoir la peau blanche. La femme devait alors se protéger du soleil avec des voilettes, des ombrelles et le maillot de bain n’était pas encore de mise.

La peau blanche de l’aristocrate se distinguait de l’épiderme naturellement bronzé des paysans et des ouvriers. Ce n’est seulement qu’au tournant des années 1930 que le bronzage devient un critère de beauté, une seconde peau, renvoyant la pâleur à l’univers de la contrainte et de la soumission. La femme accepte de montrer une part croissante de son corps au soleil, à l’homme mais aussi à la société et d’affronter le hâle qui était jusqu’alors réprouvé.

Cette révolution pigmentaire s’inscrit dans un nouveau rapport au corps à travers le développement du sport et de la conquête des loisirs mais aussi par un nouveau regard médical : l’héliothérapie recommande l’exposition au soleil pour guérir des maladies, notamment la tuberculose.

De la phobie du soleil à son adoration….on assiste donc à une véritable révolution culturelle, un vrai changement de paramètre : place au naturisme, nudisme et aérisme.

Bibliographie

  • L'invention du bronzage de Pascal Ory (Flammarion).
  • Bronzage. Une petite histoire du Soleil et de la peau de Bernard Andrieu (CNRS).
  • La saison des apparences. Naissance des corps d'été de Christophe Granger (Anamosa).
  • Histoires d'O. Mélanges d'histoire culturelle offerts à Pascal Ory (Publications de la Sorbonne).
  • Histoire du corps (3 volumes) de Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine , Georges Vigarello , Collectif, Seuil.
  • Communications, n° 60, Beauté-Laideur, Collectif, Seuil.

Programmation musicale

- Sous l'ombrelle - Nitta Jo, 1932.

- Nue au soleil - Brigitte Bardot.

Les invités
  • Pascal OryHistorien, professeur à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.