L. Bary, E. Pallette, D. Fairbanks et G. Siegmann dans "Les Trois Mousquetaires" de Fred Niblo (1921)
L. Bary, E. Pallette, D. Fairbanks et G. Siegmann dans "Les Trois Mousquetaires" de Fred Niblo (1921) © domaine public / PD-US

Dans notre vie, nous aimerions être gouvernés par les enfants que nous étions, rester fidèles à leurs promesses. Mais comme nous sommes loin d'y parvenir, nous allons au cinéma. Le cinéma est dans le sillage de l'enfance.

Il détient aussi l'héritage du feuilleton. C'est sous cette forme, on le sait, que Dumas a conçu en 1844, avec l'aide inappréciable de Maquet, "Les Trois Mousquetaires", "Tu te réjouissais , se souvient son fils, de ce que tes personnages avaient fait dans la journée et tu te réjouissais autant de ce qu'ils allaient faire le lendemain ." Les premiers films muets et courts qui aux Etats-Unis et en France, adaptent l'œuvre sont heureux d'y trouver ce rythme du quotidien qui leur convient.

Ensuite, les adaptations se multiplient. "Les Trois Mousquetaires" permettent de déployer tout le vocabulaire du film de cape et d'épée : les chevauchées et les duels et en même temps, les gags - il est naturel que les combattants se retrouvent le cul dans un tonneau de vin et la tête couverte de farine.

La tentation de la parodie voisine d'ailleurs dès le départ - dès Max Linder en 1921 - avec le désir de l'adaptation. Peu importe, disait Dumas, la façon dont on fait des enfants à l'histoire. Du moment qu'ils sont beaux. Et gais...

Evénement(s) lié(s)

Mousquetaires !

Les liens

L'émission Cinéma de minuit Le cinéma de minuit donne rendez-vous à tous les cinéphiles ! Tous les dimanches, Patrick Brion vous présente un film en Version Originale et dans son format pellicule d’origine.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.