Victor Hugo "L'art d'être grand-père" ... c'est 1877. Diderot, quelque cent ans plus tôt, avait inventé les verbes : grandpériser et grandmériser mais les mots grands-parents, grand-père, grand-mère qui s'étaient insinués dans les dictionnaires à la fin du XVIIIe ne s'y installent solidement qu'au début du XIXe.

Grand Père, Grand Mère - Oeuvre de Maïté Duval à Klarenbeek (Pays-Bas)
Grand Père, Grand Mère - Oeuvre de Maïté Duval à Klarenbeek (Pays-Bas) © Radio France / Erik Wannee

On voit que l'idée et la représentation des aïeuls en tant que grands-parents est au fond assez neuve. Après avoir bourgeonné, cette représentation qui accumule les traits positifs connait aujourd'hui un véritable printemps. Ségolène Royal à ses débuts a ainsi consacré un livre entier à l'alliance originale des générations qui se dessinerait en conséquence.

Peut-être. En tout cas, si on admet que la grand-parentalité dessine un phénomène neuf, il fait ajouter que les grands-parents ne sont plus... vieux. Leurs petits-enfants ne les regardent plus comme le dernier barrage qui sépare de la mort. Bientôt il va falloir entreprendre l'histoire des arrière-grands-parents !

Les liens

L’Ecole des Grands-Parents Européeens Depuis une vingtaine d'années, l'évolution des conditions de vie professionnelle, les nouvelles données de la vie familiale et sociale ainsi que l'allongement considérable de l'espérance de vie ont permis l'émergence d'une génération intermédiaire, active, en quête d'identité : celle des grands-parents. Moins absorbée par les obligations professionnelles et les responsabilités éducatives traditionnelles, cette génération dispose d'un potentiel de temps et d'expériences. Elle est solidaire du monde qui l'entoure et son rôle peut être fondamental au sein d'une société en pleine transformation. Néanmoins les grands-parents, souvent isolés dans leurs champs d'intervention ou dans leur secteur géographique, manquent de moyens d'information et d'échange.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.