S'il est besoin de prouver que l'expression conventionnelle de Moyen Age est assez dépourvue de sens, il n'y a qu'à considérer les pèlerinages et les pèlerins.

Pèlerins sur un vitrail de la cathédrale de Canterbury - XIIIe siècle
Pèlerins sur un vitrail de la cathédrale de Canterbury - XIIIe siècle © cc / TTaylor

Le pèlerinage est une réalité planétaire qui concerne aussi bien l'Inde et le Japon, l'Amérique latine et le monde arabe.

Le pèlerin, que le Moyen Age occidental nommait "peregrinus ", est un personnage de tous les temps. Qu'il se réclame d'une foi, d'une autre ou d'aucune, c'est la route qui le conduit. Il a rompu avec sa condition habituelle, il s'est fait étranger à lui-même. Pendant qu'il passe, ceux qui s'ont d'un lieu l'observent qui avance un pied devant l'autre; parfois, ils échangent avec lui. Le reçoivent même. Mais le lendemain, il est déjà plus loin.

Le pèlerin n'est assignable à aucun endroit ni à aucun temps du monde. Il est d'un ailleurs qui le rend autre.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.