Alain Resnais dans les années 60
Alain Resnais dans les années 60 © Corbis

"Aimer, boire et chanter", c'est le programme qu'il a voulu en haut de l'affiche des cinémas cette semaine. Et pourtant, il les gazettes n'ont-elles pas annoncé qu'il venait d'être enterré ? Qui croire ? Ceux qui le disent mort ou ceux qui ont mille raisons d'affirmer qu'il est vivant.

Avec Resnais, la chronologie n'est jamais sûre. Jeune, il pouvait paraître plus vieux que son âge. Vieux, il ne cherchait à paraître plus jeune : il devenait plus jeune. Resnais, s'il faut inventer un mot, c'est la dé-chronologie.

Et dans le désordre, de surcroît. Chacun de ses films se plaisait à prendre le contrepied du précédent quand ce n'étaient pas les récits entrelacés dans un même film qui se contredisaient.

Ouf, ce jour, l'histoire va marcher en zig zag et dans l'imaginaire...

Evénement(s) lié(s)

Aimer, boire et chanter d'Alain Resnais

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.