L'intensité intellectuelle, disait François Le Lionnais... La prévoyance, la prudence, la circonspection, disait Benjamin Franklin... On peut soutenir que le jeu d'échecs, en mobilisant beaucoup de ressources rationnelles, a fait reculer la violence.

Le jeu d'échecs par Charles Bargue - XIXe siècle
Le jeu d'échecs par Charles Bargue - XIXe siècle © domaine public

N'est-il pas aussi le jeu du contrat social ? Que pourrait, sur l'échiquier, le roi sans les figures qui l'entourent ?

Mais les échecs laissant toujours les hommes dans l'incertitude sur leur condition, on peut tout aussi bien donner une interprétation inverse du spectacle des soixante quatre cases. Il s'agit d'un sport violent, disait Marcel Duchamp, l'un de ses pratiquants. Fort prisé des chevaliers au Moyen Age et, au XIXe, des officiers à la retraite - Napoléon compris, il reste du coté de la bataille. Et, au temps des grands championnats médiatisés des années 1970-1980, il participe activement à la lutte finale Est-Ouest.

La conversion intellectuelle des humeurs guerrières n'est décidément pas chose aisée. Mais les échecs étant aussi une machine à rêver, on peut imaginer qu'ils y contribuent.

Evénement(s) lié(s)

Art du jeu, jeu dans l’Art de Babylone à l’occident médiéval

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.