Cité Interdite
Cité Interdite © Dennis Jarvis / Dennis Jarvis

On attend un nombre considérable de visiteurs pour l'exposition La Cité interdite au Louvre, qui ouvre ce jeudi 29 septembre, et dont la marche de l'histoire reçoit l'un des commissaires, Jean-Paul Desroches.

Le sujet n'avait pas été traité à Paris depuis quinze ans et, en 1996, c'était dans un espace plus restreint, le Petit Palais.

Quand on considère la Cité interdite, il faut voir large. Sur les tablettes impériales étaient inscrits des chiffres inégalés. Au XVIIIe siècle, au cœur de Pékin qui comptait alors près de 800000 habitants, vivaient dans un emboitement de palais, sous un labyrinthe de toits, 10000 serviteurs peut-être. Dissimulés, séparés, à la disposition de l'inaccessible Fils du Ciel. Lequel devait gravir les marches du kiosque du jardin de l’Excellence accumulée pour apercevoir, au loin, un peu de son empire. Cet empire, si difficile à saisir et à joindre.

C'est dès sa naissance que la Cité interdite parut inouïe. Là où les rois de France accomplissaient, génération après génération, la lente gestation du Louvre, Yongle, le grand souverain ming, posa en 1407 un geste. Et il suffit d'un quart de siècle pour qu'il fût accompli. Depuis, la Cité interdite, dans sa Longévité intranquille, ne cesse d'être Nourriture de l'esprit.

Evénement(s) lié(s)

La Cité interdite au Louvre - Empereurs de Chine et rois de France

Les invités
Les références
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.