Chacun connaît la fête de la musique. C’est au moment même où elle fut créée à grand fracas que commença la discrète aventure de la banalyse.

Chacun connaît la fête de la musique. C’est au moment même où elle fut créée à grand fracas que commença la discrète aventure de la banalyse.

D’un côté, nous était servi un spectacle à chaque coin de rue. De l’autre, les banalystes offraient leur première expérimentation : il s’agissait de se retrouver alors qu’on ne se connaissait pas sur le quai d’une halte ferroviaire facultative au fond d’un pays dont quasi personne ne connaissait le nom : la Combraille, du latin combros : obstacle, difficulté. Et là, d’interroger le temps : le plus étrange dans le temps, c’est qu’il faut le passer. Mais à quoi ? Que faisons-nous ici ?

La société du spectacle prospérait, le TGV débutait, l’injonction était à la performance. Les banalystes invitaient à considérer l’envers : l’envers de la France de l’accélération, l’envers des évènements ou supposés tels qui se bousculent en chaos. C’est souvent en retournant le vêtement que nous portons que nous en comprenons la structure.

La banalyse a vécu dix ans en gare des Fades, s’est étendue jusqu’à Usages pour des Salutations, jusqu’à la Loupe pour des entretiens, jusqu’à Sainte-Honorine-des- Pertes pour des rencontres. Elle a passé la frontière belge, atteint l’anticyclone des Açores et opéré une percée du côté des dissidents de Prague, comptant Vaclav Havel parmi ses sympathisants. Mais il faut bien reconnaître qu’elle est restée de dimensions modestes et qu’elle a disparu avant même d’être connue.

Voici cependant un rappel, ma non troppo, de ce que fut sa petite musique incertaine. Peut-être mérite-t-elle d’être entendue dans le tumulte orchestré de la rentrée ?

Site de la maison d'édition LE JEU DE LA REGLE (www.lejeudelaregle.fr) qui édite l'ouvrage  "Eléments de banalyse"[.
](http://Le jeu de la règle)

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.