Un vieux refrain nous revient aux oreilles : si on remariait les entités de l’audiovisuel public qu’on a poussé au divorce il y a quarante ans, on obtiendrait une « BBC à la française » !

Siège de la BBC - mai 2017
Siège de la BBC - mai 2017 © AFP / Alex McNaughton / Sputnik

Un vieux refrain nous revient aux oreilles : si on remariait les entités de l’audiovisuel public qu’on a poussé au divorce il y a quarante ans, on obtiendrait une « BBC à la française » !

Cette promesse n’engage que ses auteurs. 

A l’évidence, l’histoire de la BBC est incomparable. Dans les années 20, la France n’a de radios que privées quand naît le service public britannique. La télévision publique commence plus tôt en Grande-Bretagne et s’étend plus vite. Elle  fait face à la concurrence dès 1955. Le grand site de la BBC monte en puissance dès 1997.

Qui plus est, le périmètre de la BBC est incomparable. Rien que dans le domaine télévisuel, elle compte deux chaines analogiques et numériques, huit numériques, onze internationales, six régionales… Ce qu’on appelle en France l’audiovisuel extérieur lui est rattaché. Et sait-on combien d’orchestres entretient la BBC ?

Terre promise inatteignable pour les Français, la BBC- il ne faut pas se le dissimuler- n’est pas un parangon de vertu. C’est un mythe ! Et un mythe mérite d’être démythifié. Les Britanniques, notamment ceux qui relèvent du camp conservateur au pouvoir, passent d’ailleurs  leur temps à tenter de faire tomber la statue de son piédestal.  Tout en se disant, pour les trois quarts d’entre eux, fiers de leur BBC. 

En fait, s’’il y a pour nous quelque chose à imiter dans la BBC, c’est sa fragilité. Ses membres ne cessent de dire au public : « L’essentiel de ce que nous avons, c’est vous. Votre confiance. »

Le blog de Gaël Villeneuve

Programmation musicale : Concert en direct de Londres avec le BBC Orchestra dirigé par Johannes Wildner : "La Comète d'Orphée" de Dobrinka Tabakova.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.