Rediffusion du 24 mai 2013

Harrod's vendu au Qatar l'an passé et maintenant le Printemps. La globalisation touche évidemment les grands magasins. Cela fait d'ailleurs un siècle que Paris n'en est plus la capitale incontestée dans le monde.

Intérieur du magasin "Le Bon Marché" à Paris vers 1900
Intérieur du magasin "Le Bon Marché" à Paris vers 1900 © domaine public / Albert Chevojon

Globalisation, concentration... L'une et l'autre vont de pair. Il reste trois opérateurs en France. Les deux déjà cités et LVMH, qui a repris le Bon Marché et la Samaritaine. Celle-ci a été fermée en 2005; quand elle rouvrira, elle aura été comme happée par le haut de gamme. Elle s'était dite fournisseur universel - "on trouve tout à la Samaritaine" , le lieu va devenir un agrégateur de marques de prestige, une vitrine de tendances...

C'est que, dans ce secteur, l'avenir du capitalisme concentré est le capitalisme... artiste. Entre le Louvre, les grands magasins rehaussés d'un cran, l'Opéra, les galeries d'art, les différences s'estompent: l'art se consomme, la consommation est un art. La démocratisation du commerce n'y gagne pas mais le mot d'ordre est l'esthétisation du monde.

Les liens

Visite historique des Galeries Lafayette Découvrez plus de cent ans d’histoire grâce aux visites guidées au cœur des Galeries Lafayette Haussmann. Gratuites et d’une durée de 45 minutes, elles sont organisées à la demande, pour des groupes de 10 à 20 personnes.

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.