Les nouveaux géants de la mer avec leurs étages de cabines à balcons qui font penser à des HLM n’ont plus grand chose à voir avec les transatlantiques d’antan. Leur construction assure aux chantiers navals de Saint Nazaire l’emploi et la fierté. Cependant les ports ne se pressent plus autant pour les accueillir...

Le paquebot Queen Elizabeth à Venise en 2014
Le paquebot Queen Elizabeth à Venise en 2014 © Getty / James D. Morgan

► Rediffusion du 26/09/2018

C'est en Méditerranée qu'a appareillé le Symphony of the Seas.  La Méditerranée ? Le deuxième basin mondial pour les croisiéristes. Les croisiéristes ? Un secteur de pointe. 7% de croissance par an  depuis une génération. Ils doivent éditer leurs catalogues un an à l’avance et ils ne peuvent, disent-ils, s’accommoder d’un espace où la sécurité ferait défaut. Voilà se profiler l'ombre des réfugiés sur leurs frêles esquifs. Les nouveaux géants de la mer avec leurs étages de cabines à balcons qui font penser à des HLM n’ont plus grand chose à voir avec les  transatlantiques d’antan. Leur construction assure aux chantiers navals de Saint Nazaire l’emploi et la fierté. Cependant les ports ne se  pressent plus autant pour les accueillir. S’ils sont encore nourris au fioul, ils polluent énormément. Dans les sites fragiles, ils  déstabilisent les rives. On se souvient de l'incident provoqué par l'Opéra en juin dernier à Venise, un bateau battant pavillon panaméen et qui a failli endommager la place Saint-Marc. D'ailleurs que dépensent leurs clients à terre ? Bien peu. La destination du fun-ship, c’est le bateau lui-même qui fonctionne comme un parc d’attraction.

On parle jusqu’ici du bas ou du milieu de gamme - on ne dit plus  troisième et deuxième classe mais on le pense tout bas. Si les bateaux géants provoquent demain la saturation et si, par malheur, leur sécurité se trouvait prise en défaut, il restera aux croisiéristes les produits d’exception, les destinations « vierges ». Le public chic est par exemple très friand d’Antarctique et d’Arctique. C’est le même, sans doute, qui se désole du changement climatique. Mais la croisière n’est pas à une contradiction près. Elle promet la sérénité dans une mer qui  est tout sauf tranquille.

Bibliographie

  • Les Hommes et la Mer écrit par Cyrille Poirier-Coutansais (CNRS Éditions)
  • La mer, un nouvel eldorado ? écrit par Cyrille Poirier-Coutansais (La Documentation Française)
  • La croisière, une invitation au rêve écrit par Claire de Marignan (Etudes)
  • La saga des paquebots de Saint-Nazaire écrit par Patrick Baul (Coop Breizh)

Programmation musicale

  • Croisières méditerranéennes de Bernard Lavilliers          
Les invités
Programmation musicale
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.