« Le diable a chié cette île en volant ! » c’est l’exclamation, à son arrivée à Saint Hélène le 15 octobre 1815, d’une accompagnatrice de l’empereur proscrit. Dans un genre plus noble, Chateaubriand a déclaré lui, « c’est un catafalque de rochers ».

Les Anglais imaginaient, qu’en envoyant Napoléon dans une île perdue de l’Atlantique sud, à 1900 km de l’Afrique à 2900 km de l’Amérique Latine, ils créeraient le silence autour de lui, et en fait, nulle période du légendaire impérial n’a produit autant de littératures.

"Voyage de Napoléon à l'île d'Elbe et à Sainte-Hélène" par George Cruikshank (1792-1878), gravure satirique coloriée
"Voyage de Napoléon à l'île d'Elbe et à Sainte-Hélène" par George Cruikshank (1792-1878), gravure satirique coloriée © Ji-Elle

Les liens

Le site officiel de l'ïle de Sainte-Hélène

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.