Soldats allemands face à un barrage d'artillerie à Verdun en 1916
Soldats allemands face à un barrage d'artillerie à Verdun en 1916 © cc / Archives fédérales allemandes

A Hiroshima, Barack Obama prend bien soin de noter parmi les victimes de la bombe, les coréens et les prisonniers américains qui se trouvaient là. A Verdun, le premier témoignage que la chancelière allemande convoque est celui d’un lieutenant de 1916…français. Quant à François Hollande, il tient à mettre en avant la maison commune, l’Europe. Le philosophe Tzvétan Todorov distingue mémoire littérale et de mémoire exemplaire. Dans les pays occidentaux, la mémoire s’est efforcée de ne pas rester littérale, c’est-à-dire cloisonnée les nations. Elle est devenue transnationale. C’est en cela qu’elle se veut exemplaire. En multipliant les gestes et les signes d’une mémoire ouverte, nos pays ont cru accéder à une plus grande maturité démocratique.

Mais cette perception optimiste est en train de se modifier. Ni en Chine ni en Russie ni en Inde, la mémoire ne se construit sur ce mode. Et dans nombre de pays d’Europe, l’orientation change. Qu’on pense à la Pologne, à la Hongrie, à la Croatie. Les attitudes antisémites pendant la Seconde Guerre s’y trouvent de plus en plus justifiées. Or la Shoah est matricielle : elle a concerné tous les pays du continent, c’est sur son exemple que s’est construite l’idée d’une mémoire transnationale.

En 1994, le débat battait son plein sur la meilleure façon de commémorer la Shoah : on ne sache pas que cela ait empêché le génocide du Rwanda de se dérouler sous nos yeux. Ni, aujourd’hui, les frontières de se fermer aux réfugiés. Les célébrations de Verdun, capitale de la paix, sont retransmises en direct à la télévision mais elles coïncident avec le retour des nationalismes. L’activisme mémoriel apparaît alors pour ce qu’il est aussi : un signe de fragilité des démocraties.

Evénement(s) lié(s)

Exposition "Devant Verdun"

Les liens

site du mémorial de Verdun

site du centre mondial de la paix

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.