Créée en 1964 par Edgard Pisani, le modèle économique de l'Office National des Forêts est aujourd'hui à bout de souffle. Quel avenir pour cette institution essentielle à la protection de la biodiversité ?

Marquage des arbres à couper par des gardes forestiers de l'ONF dans la forêt domaniale du ballon de Servance dans les Vosges
Marquage des arbres à couper par des gardes forestiers de l'ONF dans la forêt domaniale du ballon de Servance dans les Vosges © Getty / Denis BRINGARD

Les ministres de l’Agriculture n’exercent pas toujours leurs responsabilités forestières. Edgard Pisani, si. C’est à lui qu’on doit la création de l’Office national des forêts, en 1964. 

Pisani sentait profondément que la connaissance de la forêt changeait la mesure du temps. Il inscrivait donc son invention dans une tradition longue. Au temps des sacres, le roi promettait de prendre soin de son domaine forestier dans son serment. Et son administration des Eaux et Forêts date du Moyen-Age. Colbert y appliqua sa Grande Réformation et le souvenir de ses plantations demeure. Le Premier Consul dicta une nouvelle loi fondamentale en 1801, et quand la Restauration rédigea le Code forestier de 1827, elle y faisait référence comme à d’autres textes de la période révolutionnaire. La forêt, c’est la longue durée.

L’ONF gère les forêts domaniales de l’Etat et aussi la majeure partie des forêts des collectivités : une des principales missions qui lui fut fixée au départ était de mieux les insérer dans le marché. Le produit de ses ventes de bois a longtemps représenté la part essentielle de ses ressources.

Mais déjà la loi de 1801 croyait « les forêts indispensables pour soustraire les vapeurs de l’atmosphère et alimenter le cours des fontaines et des ruisseaux ». Deux siècles plus tard, en 2001, un nouveau texte qui redéfinit  l’ONF insiste sur son rôle dans la protection de la biodiversité. La mission est de l’ONF est triple, en fait : produire mais aussi protéger et accueillir, bien sûr.

Aujourd’hui, du fait des incertitudes du marché du bois, le modèle économique de l’ONF est à bout de souffle. Les communes forestières brûlent de vendre elles-mêmes. Les industriels de la filière-bois comprennent mal que l’Office ne se contente pas de produire tandis que beaucoup d’ écologistes et de journalistes des villes se désolent qu’il abatte.

A cet instant, tout est sur la table. Y compris le démantèlement de l’Office – près de 10.000 employés encore. Ou son ou son rattachement à une grande structure nébuleuse vouée à la biodiversité.

Bibliographie : 

Au plaisir des forêts, de Paul Arnould (Fayard)

Les forêts d'Europe, de Paul Arnould, Micheline Hotyat et Laurent Simon (Nathan)

La forêt, perceptions et représentations, sous la direction d'Andrée Corvol (L'Harmattan)

La santé des forêts, de Louis-Michel Nageleisen, Dominique Piou et François-Xavier Saintonge (Institut pour le développement forestier)

Films : 

Le temps des forêts, documentaire de François-Xavier Drouet

Les grandes gueules, de Robert Enrico

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.