À la date anniversaire de la fin du procès de Nuremberg, peut-on dire que la justice est passée, comme on le proclamait à son de trompe à l’époque ?

Anniversaire libération Auschwitz Birkenau
Anniversaire libération Auschwitz Birkenau © Getty / Christopher Furlong

À la date anniversaire de la fin du procès de Nuremberg, peut-on dire que la justice est passée, comme on le proclamait à son de trompe à l’époque ? Les interrogations sur l’histoire du nazisme et sur celle de la Shoah qui, en tant que telle, n’était pas l’objet de Nuremberg, sont si évolutives, si vertigineuses ! Jean-François Lyotard avait cette formule : le tremblement de terre a brisé les instruments de mesure dont nous disposions.

Pour un historien comme Saül Friedlander, la difficulté a été aussi d’ajuster la distance à chaque étape de son travail. Son enfance, la vie de sa famille, celle de son peuple ont été traversées par la catastrophe : comment trouver les mots qui, sans rien renier de cette expérience, peuvent composer une histoire ? Avec le risque qu’à tout instant, un incident survienne alors qu’on a cru avoir organisé le passé sur le papier : ce peut être une agression venue du monde extérieur ou aussi bien une image inattendue – aussitôt remonte une mémoire profonde.

De même que s’achève l’ère des témoins des camps, s’achève la grande génération des historiens de la seconde moitié du XXe siècle à laquelle Saül Friedlander a appartenu, avec passion. Resteront de son travail plusieurs grands livres que nous évoquerons trop rapidement ici. Et aussi une leçon. Saül Friedlander a en effet enseigné dans plusieurs pays à la fois, retrouvé des documents rédigés dans plusieurs langues ; il s’est tenu aux côtés de juifs d’origines diverses; il a considéré les Églises, catholique comme protestante ; il a observé à la loupe tel individu et tenté aussi des vues panoramiques. La leçon, c’est que l’histoire du nazisme et de la Shoah doit être une histoire intégrée.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.