Rediffusion du 31 mai 2013

Le comportement du fumeur n'est considéré comme socialement inacceptable et politiquement incorrect que depuis une vingtaine d'années mais quand celui du buveur a-t-il commencé à faire l'objet d'un signalement ?

Le joyeux buveur par Gerard Seghers - vers 1624
Le joyeux buveur par Gerard Seghers - vers 1624 © Walters Art Museum

Le mot "ivrogne" relève-t-il vraiment de la plus haute antiquité ? Et à quel moment ce qui était une injure à la vertu est-il devenu aussi et d'abord une faute contre la société?

Rien n'importe plus dans ces domaines que les représentations morales et sociales.

A cet égard, le fumeur est définitivement perdu de réputation. Il ne lui est plus désigné d'autre issue que l'abstinence: ses adversaires sont inflexibles, ils dénoncent jusqu'à la cigarette électronique qui ne peut être une planche de salut, seulement une incitation de plus à la débauche. Au buveur, en revanche- économie et tradition nationales obligent - il est permis de consommer avec goût, réflexion, modération.

A condition d'afficher, quand il boit, un tourment suffisant et l'affectation de la plus grande sobriété.

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.