Arthur Young, un fameux agronome, n’est pas le seul voyageur anglais qui écrive sur la France de l’époque pré-révolutionnaire. Nous avons aussi retenu deux autres noms : Madame Cradoch qui, s’ennuyant avec son vieux mari dans sa tanière, l’en sort pour prendre l’air. Et le docteur Rigby, un agronome lui aussi.

Passagers embarquant à Douvre à destination de Calais en 1785
Passagers embarquant à Douvre à destination de Calais en 1785 © Getty / Hulton Archive

Je ne crois pas pouvoir jamais revenir en France, je la quitte à regret mais j’en garderai une impression qui ne s’effacera pas

- Arthur Young en 1789

Young est un agronome fameux outre-Manche. Il parcourt notre pays en trois voyages, en 1787, 1788, 1789 et en rapporte un texte devenu fameux. Son souci est de comparer sans cesse son pays et le nôtre, dans tous les domaines, celui des idées comme celui des techniques. Et en homme qui sait mesurer : Young dit ce qui est le mieux ici et outre-Manche. Du benchmarking avant l’heure !

Couverture de page  du premier tome des "Voyages en France, pendant les années 1787-1790" par Arthur Young, seconde édition, 1794
Couverture de page du premier tome des "Voyages en France, pendant les années 1787-1790" par Arthur Young, seconde édition, 1794 / Gallica / BNF (Bibliothèque nationale de France)

Young n’est pas le seul voyageur anglais qui écrive sur la France de l’époque. Nous avons aussi retenu deux autres noms. Madame Cradoch et le docteur Rigby. 

De nos trois personnages « en marche », c’est ce dernier qui est le plus enthousiasmé par le mouvement révolutionnaire qui commence dans notre pays. 

Young se félicite cependant qu’une assemblée abolisse la monarchie absolue mais il aurait préféré qu’elle soit composée non d’élus mais des meilleurs gestionnaires parmi les propriétaires. Il quitte la France en décembre 1789. Il ne se doute pas que la vocation universaliste de la Révolution française lui fera admettre au sein de la Convention des députés étrangers représentant « le genre humain ». Parmi eux, Thomas Paine. Il est le premier des élus anglais qu’aient connu les enceintes politiques françaises.

Il est vrai que nos amis anglais, à l’époque de leur présence dans l’Union européenne, n’ont pas pu aller plus haut que les conseils municipaux – et encore à des postes qui ne les leur permettaient pas d’accéder à l’élection des sénateurs. Avec le Brexit, c’en est fini de cette nouvelle expérience dont beaucoup de communes s’étaient trouvé bien.

Bibliographie

  • Arthur Young Voyages en France Tallandier-Texto
  • Diana Cooper-Richet La France anglaise.  De la révolution à nos jours Fayard
  • Jean-Marie Goulemot, Paul Lidsky et Didier Masseau Le voyage en France. Anthologie des voyageurs européens en France - Du Moyen Âge à la fin de l'Empire Robert Laffont - Bouquins
  • Harry T. Dickinson et Pascal Dupuy Le temps des cannibales  - La Révolution française vue des îles britanniques Vendémiaire

Programmation musicale

Étienne-Nicolas Méhul Sonate pour piano en ut mineur op. 2 interprétée par Brigitte Haudebourg

Filmographie

Pierre Shoeller Un peuple et son roi

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.