Habitué de la cour de Champagne et peut-être d’autres, Chrétien de Troyes savait s’adresser à la fois aux auditrices et aux chevaliers qui s’y tenaient. Aux uns et aux autres, il rendait un miroir avec ses descriptions de l’entourage d’Arthur et il en appelait à un accomplissement spirituel de la chevalerie.

Le roi Arthur entouré des chevaliers de la Table ronde
Le roi Arthur entouré des chevaliers de la Table ronde © Getty / Photo Josse / Leemage

rediffusion du 26/12/2017

Le Graal ? Devant lui, les chandelles en perdent leur lumière comme la lune quand le soleil se lève. Dans le Conte du même nom, le dernier des romans de Chrétien de Troyes, cet objet étrange, n’est présent que fugitivement. Mais, depuis, il n’a pas manqué son effet. Il est partout.

C’est l’ultime réussite de Chrétien de Troyes

Pendant quelques siècles, son nom a été enseveli. Il a ressurgi au XXème et c’est justice. A la fin du XIIème, il a été l’écrivain le plus important, le plus lu, le plus admiré, celui qui se renouvelait le plus aussi. Avec lui, le roman a commencé à supplanter la chanson de geste ; il a joint ses séductions à celles de la tradition antique retrouvée.

Habitué de la cour de Champagne et peut-être d’autres, Chrétien de Troyes savait s’adresser à la fois aux auditrices et aux chevaliers qui s’y tenaient. Aux uns et aux autres, il rendait un miroir avec ses descriptions de l’entourage d’Arthur et il en appelait à un accomplissement spirituel de la chevalerie, qui n’était pas, selon lui, qu’honneur, prouesses et amour courtois.

Le Graal, c’est d’abord ce dépassement. C’est bien pour cela qu’à la fin du Conte de Chrétien, la route de Perceval mais aussi celle de Gauvain, l’autre héros, restent incertaines, ouvertes, tendues vers l’horizon.

Programmation musicale : "Revecy venir du printans" de Claude Le Jeune

Aller plus loin

Michel Zinc, en 2014, avait proposé le temps d'un été, de redécouvrir les textes du Moyen-Âge. Chrétien de Troyes et ses chevaliers du Graal, Tristant et Yseult, les chroniques de la guerre de Cent ans par Froissart... Bienvenue au Moyen-Âge !

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.