C'est la photo de la semaine: l'ouragan Irma vu du ciel, en image satellite. Cette image est forte et médiatiquement très utilisée parce qu'elle traduit notre impuissance.

Image satellite de l'ouragan Irma fournie par l'agence américaine d'observation océanique et atmosphérique le 6 septembre 2017.
Image satellite de l'ouragan Irma fournie par l'agence américaine d'observation océanique et atmosphérique le 6 septembre 2017. © AFP / HO / NOAA/RAMMB

Je suis sûr que vous la visualisez : la terrible spirale de l’ouragan Irma, avec en son centre, son fameux œil qui est aussi la seule zone de calme de ces monstres tropicaux…

Cette photo satellite ou cette animation satellite vous les avez forcément vues, dans la presse, à la télévision, ou sur les sites d’information.

Cette image elle était, par exemple, simultanément en Une, hier matin, du Parisien, de Libération et du Figaro…

Il est cohérent que cet ouragan d’une ampleur sans précédent fasse l’ouverture de tous les journaux, mais pourquoi cette image en particulier pour illustrer l’événement ?

Sans doute parce qu’elle est l’expression d’une impuissance.

Une double impuissance.

La première est très prosaïque : jusqu’à hier soir, il n’y avait quasiment aucune image disponible de St Martin et St Barthélémy… A l’exception d’une poignée de vidéos amateurs qui ont tourné en boucle sur toutes les télévisions.

Sur Internet, on a d’ailleurs, aussi, vu circuler plusieurs fausses vidéos… en réalité tournées lors d’ouragans… précédents !

En fait, la coupure totale des transmissions a donc tari la source des médias, pourtant parfois friands jusqu’à l’indécence… des images de catastrophes.

Il ne restait donc plus, pour illustrer le sujet, que cette vision du TRES TRES GROS NUAGE vu de TRES TRES HAUT dans le ciel…

Image au demeurant de bonne qualité, comme savent en produire désormais les satellites.

Une image biblique

Deuxième impuissance, l’impuissance symbolique

Cette image satellitaire est forte et abondamment utilisée, parce qu’elle parle à notre imaginaire.

Elle est d’abord une abstraction, regardez on dirait presque un dessin, une peinture !

Pour décrire ce qui est précisément… une abstraction : pour l’immense majorité d’entre nous, un déluge pareil, c’est l’inconnu. On ne peut pas savoir ce que c’est.

C’est l’abstraction du GIGANTISME.

Imaginez : un phénomène climatique visible de l’espace ! Quasiment comme un continent.

Ensuite, il y a cette forme, bien connue, de l’ouragan vu du ciel : cette spirale infernale, comme un énorme animal lancé comme un bolide dans une course inarrêtable, avec en son cœur : cet œil… qui vous regarde.

Comme l’incarnation du destin.

Entre le film catastrophe et le mythe religieux. Biblique.

C’est d’ailleurs l’allusion dans le titre qui accompagnait cette photo en Une de Libération hier : Irma geddon. Version moderne de l’Armageddon du Nouveau Testament.

Signalons au passage combien ce drame vient nous rappeler que ces petites îles des Antilles, trop souvent dédaignées par les médias, font partie du territoire national…

Mais plus encore, la vision satellite de ce monstre en mouvement vient nous rappeler que la nature est la plus forte. Et qu’avec le dérèglement climatique, la violence des ouragans pourrait s’accroitre.

Hier matin, pour accompagner cette fameuse image satellitaire en Une, Le Parisien titrait : « L’ouragan du siècle ».

La réalité, c’est le siècle débute à peine et le pire est peut-être à venir.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.