Marine Le Pen a expliqué refuser que ses "sept millions d'électeurs" soient comparés à "des barbares, des criminels et des assas
Marine Le Pen a expliqué refuser que ses "sept millions d'électeurs" soient comparés à "des barbares, des criminels et des assas © MaxPPP

La diffusion par Mme Le Pen de photos d’exactions du groupe Etat Islamique, en dit long sur son rapport aux médias.

D’abord une confirmation : le FN adore proclamer que les journalistes sont ses ennemis.

Il se pose ainsi en victime d’un prétendu système et tire profit du rejet des élites qui touche aussi les médias. En l’occurrence, Mme Le Pen n’a pas supporté que notre confrère de RMC Jean-Jacques Bourdin, essaie de résumer la pensée de Gilles Kepel, sur les points de convergence entre les raisonnements des Djihadistes et du FN.

Il y a un mois, ici-même, elle n’avait pas davantage supporté que lui soit apportée la contradiction. Depuis elle a refusé de revenir sur France Inter. Et dans ces moments-là, au-delà du FN, tous les réseaux Internet des groupuscules d’Extrême droite, très bien organisés, se déchainent.

Avec force propos agressifs et menaces contre certains journalistes.

La maîtrise d’Internet

C'est le 2ème enseignement.Christine Angot le relevait hier à ce micro, Marine Le Pen cherche à… faire diversion.

Elle crée une controverse sur un nouveau sujet « faut-il diffuser de telles images ? », qui nous détourne du précédent : « le FN et les Djihadistes ont-ils des points communs ? »

La manœuvre est assurée d’aboutir, grâce au fonctionnement des réseaux sociaux.

Ces derniers, contrairement aux médias classiques, s’exonèrent de toute forme de responsabilité.

On peut y diffuser… quasiment n’importe quoi.

Et plus une image est spectaculaire, plus elle se répand sur Internet.

En l’occurrence, la photo indécente du corps décapité de James Foley a été retweetée plusieurs milliers de fois avant d’être retirée du compte de Mme Le Pen.

Désormais, si vous tapez sur Google Images, la phrase « Daech c’est ça » (formule employée pour accompagner ces photos), vous tombez immédiatement sur le corps de James Foley Ce n’était pas le cas avant.

Autrement dit, le mal est fait. La neutralité contestable d’Internet permet donc au FN de… faire diversion.

Les amalgames du FN

La réponse du FN, c’est : « vous, les médias, vous avez bien diffusé la photo du corps d’Aylan sur une plage turque…

Et il y a 70 ans, il fallait diffuser les images des camps… ».

Et bien …ça n’a… rien à voir !

D’un côté, il y a de la propagande. Des images prises par les Djihadistes eux-mêmes, qui cherchent ainsi, d’une part à recruter, d’autre part à nous terroriser en nous montrant l’horreur.

En les diffusant, Marine Le Pen fait à peu près ce que Gilles Kepel décrit : elle se comporte en allié objectif de Daech.

De l’autre, il y a la révélation de réalités délibérément cachées.

C’est exactement… l’inverse. Les images d’Auschwitz. Les photos de César, sur les massacres commis par le régime Assad. Le corps d’Aylan, incarnation d’une réalité dérangeante pour l’Occident.

Ecarter la propagande qui cherche à montrer. Pour au contraire, dévoiler ce qui est dissimulé. C’est le boulot du journaliste.

Ca ne plait pas au FN.

Dont acte.-

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.