La controverse des dernières heures en est la preuve : Marine Le Pen est devenue le centre de gravité du jeu politico-médiatique.

Marine Le Pen refuse de présenter aux juges
Marine Le Pen refuse de présenter aux juges © MaxPPP / Jean-Pierre Brunet

Ce n’est pas tant le Front National qui est au cœur,… que sa présidente.

Le parti d’extrême droite, au regard de son poids dans l’électorat, est en réalité plutôt… sous-représenté dans les médias.

En revanche, Marine Le Pen, elle, est… « surreprésentée ».

« Des paroles et des actes », où elle a donc été la personnalité politique la plus invitée depuis 5 ans, n’est que l’une des « maisons témoin » de ce phénomène.

Comment l’expliquer ? D’abord, par la personnalisation croissante de la vie politique.

Le processus, enclenché en France, en 1962, avec l’instauration de l’élection du Président de la République au suffrage universel direct, n’a cessé de s’accentuer.

Il est devenu majeur, dans une société qui, d’une part est en quête d’un leader autoritaire, d’autre part se passionne pour la vie privée des individus.

Qui plus est, le FN, comme tous les partis d’extrême droite, est un mouvement très centralisé autour de la figure du chef.

Deuxième facteur, l’audience

Pourquoi Marine Le Pen est-elle autant invitée à la télévision ? Parce qu’elle dirige le FN, certes ! Mais aussi parce qu’elle est, comme disent les journalistes, un « bon client » !

Elle a de la répartie, du bagout, du charisme. Il se « passe quelque chose » ! L’audience est donc au rendez-vous. Pas étonnant si les deux autres personnalités les plus invitées à l’émission de France 2, sont, depuis 4 ans, Manuel Valls et Jean-Luc Mélenchon. Ils répondent aux mêmes critères de télégénie.

Et, à minima, même si l’émission n’a pas lieu, il y a du buzz dans le microcosme.

Hier, par exemple, le mot dièse DPDA (pour « Des paroles et des actes ») est resté toute la journée en tête des sujets dominants sur Twitter.

L’argument avancé pour justifier ces invitations à répétition, est le suivant : il n’y aurait pas au Front National d’autres cadres à la hauteur.

Avec l’ascension de Florian Philippot, Louis Aliot, ou Marion Maréchal, on peut commencer à interroger cette objection.

Simplement, ces derniers ne sont pas encore des « machines à faire de l’audience ».

La tactique Hollande Sarkozy

On a bien compris, à quel point, et François Hollande d’un côté, et Nicolas Sarkozy de l’autre, cherchent tous deux à faire de Marine Le Pen leur unique adversaire.

Calcul tactique pour espérer l’emporter en 2017.

Cela explique aussi le feuilleton médiatique pathétique auquel les citoyens impuissants viennent d’assister. Puisque les Etats-majors du PS et de LR ont fait pression sur France 2. Epilogue : Marine Le Pen claque la porte, dans son jeu de rôle préféré : victime, et critique de ce qu’elle appelle le « système médiatico-politique ».

Plutôt que ce jeu consternant qui fait graviter la politique autour de "l’astre Le Pen", privilégions l’enquête sur la « planète FN »…

Ecoutez donc, ce soir, dans Secrets d’Info, l’enquête d’Elodie Gueguen, dont nous parlions à l’instant.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.