Le discours du Président devant les maires de France entre dans un canevas mythologique qui alimente la pensée journalistique, mais le succès de sa retransmission s'explique aussi par des raisons très terre à terre.

Emmanuel Macron lors de son discours devant les Maires de France
Emmanuel Macron lors de son discours devant les Maires de France © Maxppp / ETIENNE LAURENT/EPA/Newscom/MaxPPP

La scène, hier après-midi, a tenu en haleine chaines d’info continue et réseaux sociaux…

Pourquoi un tel intérêt pour l’intervention du chef de l’Etat devant l’Association des maires de France ? 

D’abord en raison de l’effet de contraste, et plus il y en a, plus c’est porteur pour faire la Une !

Contraste perceptible visuellement : un homme un seul, face à une foule de milliers d’élus pas vraiment acquis à sa cause. Avec une controverse à la clé : l’Etat central serait-il en train de vouloir vider les caisses des communes locales ? 

Les médias se nourrissent de la dramatisation qui accompagne les controverses ; ils en ont besoin, et en ce moment on est un peu en panne. Le « grand affrontement social » prédit par certains se fait attendre…  Il faut donc d’autres polémiques, celle-ci fait l’affaire. Quitte, ici ou là, à simplifier le sujet sur les questions techniques de fiscalité, ou à mettre dans le même sac des grandes villes et des petites communes.

Qui plus est, cet effet de contraste est alimenté par tout un héritage mythologique.

D’une part, il y a l’identification au terroir, l’esprit de clocher : même les journalistes parisiens ont souvent, une terre régionale d’origine à laquelle ils sont très attachés. Les maires sont une incarnation des… racines ! D’autre part, il y a l’ancestrale rivalité idéologique et ses différents avatars : le monarque contre le peuple, le centre contre la périphérie, les Jacobins contre les Girondins.

Popularité par ricochet

Il y a aussi des raisons plus terre à terre pour expliquer l’intérêt des médias. Peut-être d’abord un parfum de revanche vis-à-vis du Président.

Les maires sont faciles d’accès, répondent aux questions de la presse. Là où Emmanuel Macron, à l’inverse, fait de la rareté médiatique un principe, et ce n’est pas sans contrarier une partie du monde journalistique. Donner la parole aux élus de terrain, c’est donc une façon de rappeler à Jupiter, comme dans une fable de La Fontaine, que « l’on a souvent besoin d’un plus petit que soi »…

Parfois, dans certains journaux de presse écrite en particulier, c’est aussi un moyen simple, de manifester son opposition à la politique du Président.

Ajoutons que les maires sont les seuls élus à jouir d’une réelle popularité.  En leur donnant la parole, les médias, dont à l’inverse la côte de confiance est au plus bas, peuvent donc espérer bénéficier par ricochet de la dite popularité. 

Une gratuité troublante 

Enfin dernier paramètre prosaïque, pour les chaines d’information continue : les images du discours d’Emmanuel Macron, hier, c’était… gratuit…

Les images étaient livrées clés en main par l’Association des maires, comme on pouvait d’ailleurs le lire sur un bandeau en incrustation sur toutes les chaines… Cette pratique est devenue courante dans tous les meetings politiques, mais elle n’en demeure pas moins troublante.  Ce ne sont pas des images journalistiques… Quasiment pas de champ contre champ, autrement dit impossible de distinguer précisément les réactions des maires au discours du Président. 

Et il fallait suivre l’allocution sur Twitter pour apprendre que les rangées se vidaient au fur et à mesure du discours… ce n’était pas visible sur les plans fournis par le prestataire…

Autrement dit, les images télévisuelles du discours d’Emmanuel Macron étaient d’inspiration plus…jacobine… que… girondine !

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.