Depuis la nuit des temps, le rapport de l'Homme à sa finitude a évolué. Aujourd'hui nous vivons dans des sociétés qui placent le plus souvent la mort comme une angoisse ultime. L'historien Philippe Ariès est connu pour son étude sur les variations comportementales de l'Homme devant la mort.

Philippe Ariès, historien et écrivain français en 1978.
Philippe Ariès, historien et écrivain français en 1978. © AFP / Ulf Andersen / Aurimages

L'homme devant la mort est un ouvrage important de Philippe Ariès dans lequel il retrace l'histoire de notre rapport à la mort. Il y décrit le deuil, les rites funéraires, la perte d'un proche, le chagrin lié aux décès. 

Selon lui, les significations prises par la  mort au cours de l'Histoire ont évolué et démontrent que notre conception actuelle de la mort, taboue et angoissée, n'est pas la seule possible. 

La petite chronique de philosophie se propose de faire des liens entre la situation actuelle de la pandémie et l'analyse de Philippe Ariès.

Même si chaque soir, au journal télévisé, on "compte les morts", sans plus de cérémonie, il est intéressant de tenter de penser la crise sanitaire et la question de la mort dans le sillon de l'Histoire. 

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.