Dans ses « Journaux » Franz Kafka écrit : « Ce soir je me suis lavé les mains trois fois par ennui ». Une première traduction intégrale vient d’être publiée aux éditions Nous.

Portrait de l'écrivain Franz Kafka vers 1905.
Portrait de l'écrivain Franz Kafka vers 1905. © Getty / Imagno

Signée Robert Kahn, cette nouvelle édition de plus de 800 pages non censurées des Journaux de Franz Kafka est au plus près de la pensée de l’auteur pragois. Il avait pour habitude lorsqu’il consignait un cahier de commencer à écrire à la dernière page : cette lecture nous offre un voyage extraordinaire à l’intérieur de son cerveau. 

Ces journaux se révèlent un refuge pour le lecteur et sont emprunts d’une grande force philosophique. Ils sont une retranscription dans la chair de la vélocité des réflexions kafkaïennes. Ouvrir ce livre pour lutter contre l’ennui en temps de confinement est vivement conseillé.

Programmation musicale
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.