De la vie on en entend beaucoup parler en ce moment. On décompte les disparitions. On vit avec la mort au quotidien. Dans son livre « La vie. Mode d’emploi critique » Didier Fassin nous pousse à une réflexion vitale.

Didier Fassin, anthropologue, sociologue, médecin et professeur de sciences sociales à l'Institute for Advanced Study de Princeton et directeur d’études à l'École des hautes études en sciences sociales.
Didier Fassin, anthropologue, sociologue, médecin et professeur de sciences sociales à l'Institute for Advanced Study de Princeton et directeur d’études à l'École des hautes études en sciences sociales. © Capture d'écran/YouTube/France Inter

Anthropologue , Didier Fassin  est aussi sociologue, philosophe et médecin. 

Il enseigne aux États Unis et depuis le mois de janvier dernier,  il dispense son savoir au Collège de France dans une nouvelle chaire de santé publique

Il a publié plusieurs livres dont le dernier  « La vie. Mode d’emploi critique » explique ce que veut dire vivre.

Depuis l’aube de l’histoire de la philosophie, on a essayé de définir la vie. La plupart des philosophes en ont une vision éthique c’est à dire que la vie a une valeur absolue. 

Selon Didier Fassin, il faut aussi prendre en compte les aspects économiques et politiques de la vie. Dans ses recherches, il étudie la manière dont la qualité de vie est allée dans la disparité. Il a découvert que plus les pays s’enrichissent plus les inégalités sociales deviennent criantes et plus les inégalités de vie grandissent. 

Aujourd’hui plus que jamais la valeur de la vie doit être celle de la dignité. 

Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.