Et si notre cerveau était devenu notre pire ennemi ? C'est l'hypothèse développée par Sébastien Bohler dans "Le Bug humain". Notre intelligence dopée à la récompense ne connaît pas de limite et détruit notre monde. Ne faut-il pas réveiller notre conscience pour retrouver le sens de nos pensées et de nos actions ?

Douter, créer et converser la base de la bonne forme de notre esprit
Douter, créer et converser la base de la bonne forme de notre esprit © Getty / Francesco Carta fotografo

Comment réveiller notre conscience ? comment la développer et la muscler ? 

C’est là où la philosophie peut jouer son rôle ! On peut proposer trois petits exercices pour muscler notre conscience et garder notre esprit en forme ! Et la bonne nouvelle c’est que l’on peut pratiquer ces exercices sans modération : il n’y a pas de risque de blessure ou d’addiction, pas d’effets secondaires ou gênants… bref faisons nous plaisir ! 

Le 1er exercice a été mis au point par Descartes dans son fameux Discours de la méthode

C’est l’exercice du doute. En doutant de toutes les évidences, de toutes les connaissances, de la réalité du monde et même de sa propre existence, on finit par prendre conscience de sa propre conscience. « Je pense donc je suis » c’est la formule presque magique d’une conscience en pleine forme qui découvre sa propre puissance. Alors on commence doucement une fois de temps en temps et puis ça peut devenir régulier : une à deux fois par jour, remettons en cause, questionnons, nions la réalité et le bien fondé de ce que nous faisons et de ce que nous sommes. Vous verrez cela fait du bien à notre esprit critique. 

2ème exercice : fabriquer ou créer quelque chose dont on est l’auteur direct

Pourquoi ? Parce que comme le fait remarquer le philosophe Hegel cette fois, ce que l’on crée ou ce que l’on fabrique ce sont comme des reflets de nous-mêmes à travers lesquels nous prenons donc aussi conscience de nous-même et du monde. On peut commencer en cuisinant, en bricolant ou en jardinant et on peut continuer en jouant de la musique, en faisant de la peinture ou en écrivant de la poésie…bref tout ce que nous créons peut nous aider à prendre conscience de notre propre puissance et donc nous aider à la maîtriser. 

3ème exercice enfin : la conversation

Alors la conversation authentique pas le clash, le débat stérile ou la seule affirmation de ses opinions. Parce qu'échanger, discuter, communiquer avec les autres, c’est affiner sa propre conscience et développer une conscience commune des choses et des problèmes. A travers la conversation, nous partageons nos jugements, nos intuitions et nos émotions et nous prenons aussi conscience de la conscience des autres. Là encore cela peut se pratiquer sans modération, à toute heure du jour ou de la nuit et ça ne coûte rien ! 

Alors voilà, si le bug est humain, la résolution de ce bug doit aussi être humaine. L’idée ce n’est pas de limiter ou de supprimer la puissance de notre cerveau mais de l’orienter différemment pour en retrouver la maîtrise. 

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.