Paradoxe de l'oubli : on le redoute souvent et on ne souhaite que cela d'autres fois, jusqu'à faire n'importe quoi pour y parvenir. Alors l'oubli est-il une condition du bonheur ?

L'oubli, allié ou ennemi ?
L'oubli, allié ou ennemi ? © AFP / FERNANDO DA CUNHA / BSIP

On ne décide pas vraiment de se souvenir ou d'oublier. Cela se passe en nous mais sans nous, sans que nous puissions maîtriser ce processus mystérieux qui fait que notre mémoire retient des éléments de notre vie et en oublie d'autres.

Mais on peut décider de vivre en faisant plus de place à l'oubli. Comme pour ne plus se sentir liépar le passé, comme pour libérer sa vie du ressentiment et de la rumination des souvenirs. Mais comment vivre en oubliant ?

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.