Et si la garantie à vie de certains produits nous garantissait aussi une meilleure vie ?

Et si la garantie à vie de certains produits nous garantissait aussi une meilleure vie ?
Et si la garantie à vie de certains produits nous garantissait aussi une meilleure vie ? © Maxppp / Boris Roessler

Toute une série de produits sont désormais garantie à vie. Ils sont certes plus chers à l’achat, mais la marque s’engage à les réparer s’ils cassent ou carrément à les remplacer à neuf s’ils ne fonctionnent plus. Ca touche tous les secteurs : les vélos Décathlon, les couteaux suisses Victorinox, les cocottes en fonte Le Creuset, les sacs Eastpack, les vêtements de montagne Patagonia ou encore le sécateur Garden Factory.

La garantie à vie ainsi proposée constitue évidemment un bon argument de vente des produits et contribue à nouer un nouveau type de relation entre la marque et ses clients : il ne s’agit pas de vendre plus, mais de vendre mieux. Mais cela ne change-t-il pas aussi plus profondément notre relation aux objets ? Que se passe-t-il si au lieu de jeter nous conservons ? Puisque le sujet et l'objet sont comme les deux faces d'une même pièce, si le statut de l'objet change, qu'advient-il du statut du sujet ?

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.