On a parfois des doutes sur l'utilité de l'école maternelle quand on voit les pleurs des enfants que l'on y dépose pour la première fois. A quoi bon mettre des enfants à l'école s'il s'agit de les materner ? Ne seraient-ils pas mieux à la maison ?

Eduquer ses enfants
Eduquer ses enfants © Getty / Alexander Sorokopud

Un traitement aujourd'hui qui s’adresse à tous ceux qui ont encore des doutes sur la fonction et l’utilité de l’école maternelle et ça va de certains parents qui ont du mal à se séparer de leurs enfants jusqu’à un certain ancien ministre de l’Education Nationale qui se demandait si l’on avait vraiment besoin de mettre des professeurs pour faire faire des siestes aux enfants et pour changer leurs couches…

Au-delà des cris, des pleurs et des erreurs de jugements, il faut bien dire que l’école maternelle ne part pas forcément gagnante rien qu’avec son nom : si cette école est bien « maternelle », n’est-ce pas la mère de l’enfant qui est toujours la mieux placée pour « materner » ? Alors pourquoi ne laissons-nous pas les mères materner tranquillement et on commencerait l’école au CP quand il s’agit vraiment de donner une instruction élémentaire : la lecture, l’écriture, le calcul ? Pourquoi donc l’éducation de si jeunes enfants – à partir de 2 ans maintenant – devrait devenir une affaire publique ? 

Peut-être parce que les parents ne peuvent pas tout faire…. 

Exactement, et voilà bien tout le principe actif du traitement de ce matin : pour des parents l’éducation est une mission impossible ! 

Pourquoi ? Parce que comme l’explique la philosophe Hannah Arendt dans son texte intitulé justement La crise de l’éducation, quand on est parent on est confronté à deux devoirs contradictoires. 

Deux devoirs contradictoires

Le premier devoir est celui de protéger nos enfants du monde dans lequel ils grandissent

Mais le deuxième devoir c’est de protéger le monde contre la jeunesse, la liberté et les ambitions nouvelles de nos enfants pour ne pas que la génération qui vient saccager tout le boulot des générations précédentes. Et c’est parce que ces deux devoirs sont contradictoires qu’il n’y a pas de recette qui marche à tous les coups pour éduquer ses enfants et c’est peut être aussi pour ça que les rappeurs Big Flo et Oli disent à propos de leur papa : 

Il n’y a pas de bon père, il n’y a que des hommes qui font de leur mieux…

Alors si l’éducation est une mission impossible pour les parents, elle ne peut pas rester une affaire privée et il faut qu’elle devienne une affaire publique. Le bénéfice de ce traitement c’est quand on comprend qu’il faut se mettre à plusieurs pour tenter de résoudre cette contradiction de l’éducation : les parents, l’école, le sport, les colos, et toutes les activités que vous voulez, participent de ce grand travail d’éducation. On multiplie pour les enfants les situations d’éducation avec des adultes différents dans des registres différents et à chaque fois on met donc un peu de jeu dans cette contradiction de l’éducation…

Alors évidemment deux ans ou même trois ans, selon les enfants ça peut faire tôt et sans doute faut-il parfois adapter et commencer de façon progressive, mais le principe est clair : c’est d’abord aux parents de réussir l’entrée à l’école maternelle ! 

Comment ? En comprenant avec Hannah Arendt que tout seul on ne peut pas arriver à éduquer nos enfants, mais qu’avec l’école et tout le reste, en s’y mettant à plusieurs donc, on met bien toutes les chances de notre côté : pour faire de nos petites bestioles adorées, des femmes et des hommes libres…

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.