Les enjeux bioéthiques auxquels nous sommes aujourd'hui confrontés nous laissent parfois sans réponses, ou du moins sans autres réponses que le repli sur nos préjugés. Pourquoi alors ne pas puiser dans la philosophie de Ruwen Ogien de quoi tester ou éprouver ses certitudes ?

Une cure pour apprendre à abandonner ses certitudes
Une cure pour apprendre à abandonner ses certitudes © Getty / CSA Images

Je vous propose en guise de traitement une cure. Mais pour cette cure-là pas besoin de peignoir, de bains de boue, ni d’eaux chaudes. Juste un bon fauteuil, une tasse de thé et peut être un crayon à papier pour souligner quelques passages. Parce que je vous propose une petite cure de lecture. 

Pour affronter toutes ces questions dont nous parlons ce matin et devant lesquelles on peut se sentir un peu perdu, je vous propose donc une petite cure de lecture des textes du philosophe Ruwen Ogien mort au printemps 2017 et je crois qu’il manque terriblement à tous ces débats. On peut commencer par exemple par son livre intitulé : De l’influence de l’odeur des croissants chauds sur la bonté humaine, un essai avec plein d’expériences de philosophie morale dedans et poursuivre par exemple avec son autre livre intitulé L’éthique aujourd’hui, maximalistes et minimalistes, un peu plus théorique mais toujours très clair… Ou bien vous pouvez faire l’inverse…  

Pourquoi lire ces livres-là ? 

Ruwen Ogien n’a pas raison sur tout et il ne détient pas toutes les réponses à ces questions d’éthiques que nous affrontons aujourd’hui. Mais sa philosophie est un formidable aiguillon pour notre réflexion. Et son art de la distinction et de l’argumentation nous conduit toujours à clarifier les raisons que nous avons de penser ceci ou de penser cela… En fait cette cure pourrait avoir trois bénéfices :  

  • Premier bénéfice, elle peut nous faire découvrir la pensée d’Ogien, partisan d’une éthique minimale

Minimale parce qu’elle ne repose que sur deux principes : le respect de la liberté individuelle de chacun et le respect de la liberté des autres ou si vous préférez la non-nuisance à la liberté des autres. 

Ainsi une action est bonne dès lors qu’elle est libre et qu’elle ne gêne pas la liberté des autres

C’est apparemment simple mais c’est redoutable ! 

  • Second bénéfice, c’est que le travail d’Ogien nous apprend à affronter des cas singuliers.

Ce n’est pas une pensée qui en reste au niveau des principes mais c’est une pensée qui nous conduit à éclaircir les raisons que nous avons de penser ce que nous pensons à propos de cas particuliers comme la prostitution, la pornographie, le lancer de nains, la transplantation d’organes….

  • Troisième bénéfice : elle ne peut pas nous laisser indifférent.

La simplicité et l’efficacité de son argumentation nous conduit non pas à être toujours d’accord avec lui, mais à abandonner nos certitudes et à questionner davantage nos intuitions morales et nos croyances morales. Parce qu’Ogien est très fort pour débusquer les incohérences de nos raisonnements moraux et que toutes nos croyances passent au fil du rasoir de son minimalisme moral… Et dans ces matières éthiques complexes, il n’y a rien de pire que d’entretenir des certitudes sans questionnement. 

Tel un Socrate moderne, Ogien nous conduit à examiner ce que nous pensons et vient nourrir notre réflexion pour permettre à chacun d’abandonner ses certitudes et de construire, peu à peu, dans l’examen raisonné de ses pensées, des convictions.

Voilà, faites du bien à votre pensée avec cette cure de lecture.

Le philosophe français Ruwen Ogien (1949-2017)
Le philosophe français Ruwen Ogien (1949-2017) © AFP / BRUNO COUTIER / BRUNO COUTIER VIA AFP

📖 LIRE - Ruwen Ogien, De l’influence des croissants chauds sur la bonté humaine (Éditions Grasset)

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.