Symbole du petit-déjeuner français, les croissants sont pourtant peu recommandés par les nutritionnistes. Alors pourquoi continuons-nous d'aimer les croissants ?

Le croissant, icone du petit-déjeuner à la française
Le croissant, icone du petit-déjeuner à la française © Getty / Dan Goldberg

Il y a un grand paradoxe du croissant : il est l’un des symboles du petit-déjeuner français avec les tartines de baguette et le café. Et pourtant ses qualités nutritionnelles ne sont pas excellentes : il est souvent trop gras, trop sucré et procure des glucides de maigre qualité. En telle sorte que manger des croissants tous les matins n’est pas vraiment recommandé…

Tout se passe donc comme s’il y avait un grand malentendu entre le croissant et le petit déjeuner, comme si le croissant était une erreur de casting ! 

Alors pourquoi le retrouve-t-on sur les tables de nos petits déjeuners?  

Parce que précisément quand nous petit déjeunons, nous ne faisons pas que manger, nous ne faisons pas que satisfaire un besoin physiologique. Le petit déjeuner s’impose comme ce qui vient rompre chaque matin le jeûne de la nuit. C’est un rituel à travers lequel nous recommençons, chaque matin, de vivre et donc d’exister

Et c’est sans doute à cause de cette dimension rituelle que les petits déjeuners sont aussi différenciés et identifiables en fonction des pays. 

- Les oeufs brouillés et le bacon pour les Etats-Unis, 

- charcuterie et fromage en Allemagne, 

- la bouillie de riz ou les raviolis avec du thé noir en Chine. 

- ...

Le plaisir du petit déjeuner en général et le plaisir des croissants en particulier, c’est en fait un plaisir culturel à travers lequel, chaque matin, après le repos de la nuit dans lequel nous sommes seuls avec nous mêmes, nous retrouvons le monde auquel nous appartenons et la société dans laquelle nous vivons… 

Et c’est pour cela que quand il y a des croissants c’est un peu la fête ! 

Le croissant nous rappelle à notre humanité

Et c’est à partir de ce plaisir là que l’on peut même supposer que la simple odeur des croissants chauds peut nous rendre meilleur ! C’est du moins ce que laisse penser le grand philosophe Ruwen Ogien qui nous a quitté l’année dernière , en donnant à l’un de ses livres l’un des plus beaux titres que l’on puisse donner à un livre de philosophie: L’influence de l’odeur des croissants chauds sur la bonté humaine

Alors il n’est pas vraiment question de croissants dans son livre, mais ce titre est là pour affirmer la conviction suivante : quelque chose d’aussi léger, d’aussi apparemment superficiel ou anodin comme l’odeur des croissants chaud peut avoir une influence sur notre bonté en général et sur notre jugement moral en particulier. 

Pourquoi ? 

Parce que pour Ruwen Ogien la morale n’a pas besoin de grands principes fondamentaux, elle n’a pas besoin d’être fondée sur des valeurs absolues. Mais pour être meilleur, il faut juste que chacun prenne le temps d’expliciter les raisons qu’il a de faire telle ou telle chose. Et c’est pour cela que la simple bonne odeur des croissants chauds le matin, peut avoir une influence morale et nous pousser à faire le bien. 

Il n’y a donc pas que la pâte qui est feuilletée dans un croissant, il y a aussi tout un feuilletage de significations et de raisons qui à défaut de nourrir correctement le corps, nourrissent notre esprit, et nous font voir, dès le matin, la vie du bon côté…

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.