Parfois pesants, les rites que nous respectons ont pourtant une fonction essentielle : celle de témoigner des liens qui nous unissent les uns et les autres. Alors pourrions-nous vivre sans rites ?

Prière en groupe avant le repas
Prière en groupe avant le repas © Getty / PeopleImages

Pourquoi avons-nous besoin de rites ? Quelles places occupent-ils dans nos vies ?  Commençons par distinguer : parce que toutes nos habitudes ne sont pas des rites, et tous les rites que nous pratiquons ne sont pas si habituels que ça… 

L’habitude c’est une action ou un usage que nous répétons et qui petit à petit se sédimente dans notre expérience. Ce qui fait que nous finissons par agir par habitude et sans donc nous en rendre compte. Une habitude ça s’acquiert, ça se transmet et c’est parfois bien difficile à perdre. 

Le rite lui c’est d’abord une action codifiée au sein d’un groupe. Ce n’est pas une habitude plus forte, mais plutôt une habitude plus collective. Pas étonnant du coup que la sociologie naisse notamment à travers l’étude des rites, avec Emile Durkheim par exemple et son travail sur les formes élémentaires de vie religieuses. Il y a dans le rite le souci de la tradition, c’est à dire de ce qui se transmet et de ce qui soude un groupe social. Et c’est pour cela que le rite est le plus souvent une prescription à respecter, sous peine de sanctions plus ou moins fortes.

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.