À quoi bon chercher la valeur de x, dériver une fonction ou démontrer que l'angle BC est égal à l'angle AC ? Certes, les mathématiques sont bien utiles, mais au-delà de leur utilité, qu'est-ce qui fait leur valeur ?

Comment guérir des mathématiques ?
Comment guérir des mathématiques ? © Getty / Witthaya Prasongsin

De la valeur des mathématiques

C’est en faisant des études de philosophie que j’ai compris la beauté des mathématiques, leur élégance comme on dit, et toute la valeur des mathématiques. 

Parce que, certes, on peut trouver beaucoup d’applications concrètes des mathématiques, certaines formules ou équations permettent de décrire ou de prévoir certaines réalités naturelles, donc les mathématiques ont plein d’utilités. 

Mais au-delà de ça, elles ont de la valeur. Et la distinction est importante : ce qui est utile c’est ce qui rend un service ou comble un besoin. 

Ce qui a de la valeur c’est ce qui inspire et qui motive une action ou une règle de comportement. 

Qu’est-ce qui fait la valeur des mathématiques ? 

Eh bien on relit Platon ! ou du moins on médite matin, midi et soir pendant sept jours avec cette inscription qui aurait figuré au-dessus de l’académie, l’école de philo fondée par Platon à Athènes : 

Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre !

On n'est pas bien certain que ce soit vraiment du Platon, mais c’est pas très grave. Parce que Platon le dit ailleurs, dans son texte intitulé La République : les mathématiques sont la meilleure préparation au travail philosophique : c’est-à-dire à la recherche de la vérité et à la sagesse

En quoi la connaissance des triangles nous rend-elle plus sage ? 

Parce que Platon avait totalement compris que les mathématiques indiquent deux choses :

  • Que nous sommes capables de connaître une vérité universelle, 
  • Que nous sommes capables de la connaître à partir du simple fonctionnement de notre raison. 

Voilà ce qui me fascine aujourd’hui et qui au-delà de l’utilité des mathématiques, en fait toute la valeur : 

elles sont en chacun de nous la marque de l’universel. 

Pour moi comme pour chacun des hommes sur cette Terre, vivant ou qui a vécu ou qui vivra demain, en géométrie euclidienne, la somme des angles d’un triangle est égale à 180°.

Alors ça ne règle pas directement le problème de la faim dans le monde, ça ne règle pas directement la question de savoir comment élever mes enfants, ou quelle destination choisir pour les prochaines vacances. Mais cela constitue un entraînement nécessaire au développement, en nous, de l’universel

Pour Platon, le philosophe, l’homme qui aspire à la sagesse par la connaissance de la vérité, doit en passer par l’étude des mathématiques.

Parce que les maths, c’est le sport de la raison ! On se fiche un peu de la valeur de x, mais le raisonnement lui qui conduit à la valeur de x on ne s’en fiche pas….

Platon en est convaincu : 

Plus on est rationnel, plus on devient raisonnable ! 

Voilà « que nul n’entre ici s’il n’est géomètre ! » , en ce sens-là, est une inscription que l’on peut mettre au fronton de nos vies et qui nous invite tout simplement à ne pas oublier l’universel entre nous et en chacun de nous….

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.