Que c'est triste Venise quand on ne s'aime plus, quand on cherche une main qu'on ne vous tend pas...(rediffusion)

Le mot de la semaine : l’appogiature

Générique : Jean-François Zygel

Françoise Dorin / Charles Aznavour – Que c'est triste Venise
Charles Aznavour

Felix Mendelssohn – Venetianisches Gondellied (Romances sans paroles op.30)
Javier Perianes, piano

Reynaldo Hahn – La barcheta (Venezia)
Gérard Souzay, baryton / Dalton Baldwin, piano

André Campra – La Vénitienne (Carnaval de Venise)
Le Concert spirituel, Hervé Niquet

Giuseppe Verdi – Liberamente or piangi (Attila, acte I)
Maria Callas, soprano / Orchestre du Théâtre National de l’Opéra de Paris, Nicola Rescigno

Giovanni Gabrieli – Diligam te domine (Symphonies sacrées)
Ensemble vocal A Sei Voci

Igor Stravinsky – Euntes in mundum (Canticum Sacrum)
Orchestre de la Suisse Romande, Neeme Järvi

Giovanni Capurro / Eduardo di Capua - O sole mio
Enrico Caruso, ténor

Jacques Offenbach – Barcarolle des Contes d’Hoffmann (Acte vénitien)
Patricia Petibon, soprano / Karine Deshayes, mezzo-soprano
Orchestre de l'Opéra National de Lyon, Yves Abel

Benjamin Britten – Mysterious Gondola (Death in Venice, acte I)
Philip Langridge, ténor / City of London Sinfonia, Richard Hickox

Gustav Mahler – 5e symphonie (adagietto)
Orchestre Philharmonique de New York, Leonard Bernstein

Nino Rota – Musique du Casanova de Fellini
Philharmonic Wind Orchestra, Marc Reift

Jean-François Zygel – Improvisation
Dédiée à Benjamin Carton

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.