Par Sophie Bécherel

Espace
Espace © Radio France
la nasa veut utiliser un astéroïde pour conquérir mars
la nasa veut utiliser un astéroïde pour conquérir mars © reuters

Il y a urgence car le nombre de débris ne cesse d'augmenter et, avec lui, le risque de collision pour les satellites. Lors d'une récente réunion internationale en Allemagne, les derniers chiffres ont été fournis: 23 000 morceaux de plus de 10 centimètres orbitent au-dessus de 2000 km d'altitude, mais ils sont 10, voire 100 fois plus nombreux au-dessous de cette taille. Car 10 cm, c'est le calibre limite pour la détection par les radars de la NASA.

Parmi ces débris, des satellites hors d'usage, mais aussi des étages de fusée, des outils perdus par les astronautes ou des petits morceaux issus de collisions accidentelles (la dernière s'est produite en 2009) ou de décisions hasardeuses, comme le tir de missile chinois en 2007. Pékin voulait alors démontrer sa capacité à détruire un satellite en fin de vie. Idée pernicieuse puisque le nombre de débris a automatiquement augmenté lors de la fragmentation!

En 35 ans, le nombre de ces détritus spatiaux a triplé. L'espace est devenu une poubelle et la crainte pour les satellites utiles ou la station spatiale est patent.

- Comment envisage-t-on de résoudre ce problème ?

Ensemble, les agences spatiales y réfléchissent. Les solutions envisagées vont du gigantesque filet au harpon, en passant par laser ou le camion robot qui irait capturer les satellites pour les ramener sur Terre.

Les études ont commencé, mais se doublent de questions juridiques à régler, sans compter le financement. Les puissances spatiales vont devoir s'entendre pour développer un système commun et partager les coûts.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.