Par Nathalie Fontrel

Refuge à insectes, jardin botanique du Stang Alar
Refuge à insectes, jardin botanique du Stang Alar © Amira Déverchère

A récompenser les jardiniers amateurs qui respectent l'environnement, en évitant notamment les produits chimiques. Les jardins engloutissent plus de 4.000 tonnes de pesticides par an. Sur le site internet du concours, vous trouverez des fiches pratiques pour vous aider à utiliser la nature.

Les insectes comme les carabes sont les alliés du jardinier. Ces coléoptères mangent les limaces, les pucerons, les chenilles… Bref, les prédateurs des cultures. On peut aider ces insectes auxiliaires à accroitre leur pouvoir en cultivant des plantes fleuries, comme la potentille arbustive dans de gros pots de fleurs, que l'on déplace à volonté en fonction des attaques subies par le jardin.

Elle attire les syrphes, par exemple, qui pondent dans les insecteurs prédateurs.

- Les conseils démolissent aussi des idées reçues.

Oui : la taupe par exemple n'est pas hémophile. Alors l'onde de choc des pétards placés dans les taupinières ne lui fait aucun mal. Le marché des anti taupes en France est estimé à 10 millions d'euros pour un taux de réussite de 7%.

La seule technique efficace, c'est le piège, en prenant soin de mettre des gants pour le glisser dans la galerie, sinon votre odeur fera reculer la taupe.

Les liens

Concours Jardiner Autrement

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.