Une chronique d' Emmanuelle Daviet

La salle de classe
La salle de classe © Radio France

Le retour de la morale à l'école, c'est un serpent de mer.

Le ministre de l'Education a effectivement annoncé, la semaine dernière, lors de sa conférence de rentrée, la création d'une mission sur la morale laïque pour enseigner aux enfants les principes du "mieux vivre ensemble".Cette annonce du ministre n'est pas surprenante.

Elle reprend des éléments du discours de Francois Hollande sur l'Education en février dernier, à Orléans. Référence à la morale passé complètement inaperçu : "La morale doit être enseignée parce ce que chacun doit mesurer qu'il a des droits mais aussi des devoirs ", avait dit le candidat, "Pour enseigner cette morale commune, je fais confiance aux enseignants ". Ces même enseignants qui avaient accueillis fraîchement, il y a un an tout juste, la circulaire de Luc Chatel mettant déja en oeuvre des cours de morale dans les écoles. Quel était le but de cette circulaire ?Il s'agissait de transmettre les principes essentiels de la morale autour d'une notion : la vérité, l'honnêteté et pour les enfants, d'apprendre à distinguer le bien du mal. Dans les classes, ce cours de morale ne passe pas, et cela freine du coté des enseignants, plutôt sceptiques.Le ministre veut créer un consensus, car il estime de cette question va au-delà du clivage gauche-droite. Un pari plutôt audacieux.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.