Par Valérie Cantié

Oui, grâce à une méthode de calcul mise au point par une équipe CNRS, institut Pasteur de Lille et université de Lille.

Les chercheurs ont repris toutes les données de naissance de 4 000 petits Finlandais nés en 1986 et suivis depuis la naissance jusqu'à leur adolescence. Ils ont utilisé toutes les informations dont on disposait à l'époque : l'indice de masse corporelle des deux parents avant la naissance, la prise de poids de la maman pendant la grossesse, le poids du bébé à la naissance, la profession de la mère, le tabagisme et le nombre d'enfants dans la famille. Puis, ils ont créé une équation très simple, convertie ensuite en calculateur Excel.

  • Qu' en ont-ils conclu ?

Si cet outil avait existé à l’époque, le risque de ces enfants de devenir obèses pendant l'enfance ou à l'adolescence aurait pu être prédit. L'équation aurait donc pu permettre de les identifier dès la naissance et donc de les soigner, notamment grâce à de la prévention.

Les chercheurs ont également montré que les facteurs propres à chaque pays devaient également être pris en compte pour plus d'efficacité, comme le facteur ethnique aux Etats-Unis. Car ils ont ensuite appliqué la méthode à des cohortes de petits Italiens et de petits Américains.

Cette technique est d'autant plus intéressante qu'elle ne coûte rien et qu'elle n'impose aucun examen biologique du bébé. Or, l'obésité de l'enfant débute souvent très tôt : avant 5 ans. Une fois installée, elle est difficilement curable. D'où le rôle essentiel de la prévention.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.