ParIsabelle Monrozier

Coiffures
Coiffures © nattynattyboom

Les femmes aiment les cheveux en bonne santé. Elles veulent les avoir longs et les sentir lourds sur leurs épaules. On en a donc fini avec les dégradés qui « appauvrissent » façon queue de rat.

Mais la pointe de la tendance, c'est le court à la Jean Seberg, avec un peu plus de masse dans la nuque. On voit aussi le retour de la coupe au bol.

Autre tendance –et Nahema de chez Jean-Claude Aubry parle de révolution culturelle-, dans le sillage de chanteuses comme Inna Modja, fini l'esclavage du défrisage. Les femmes qui ont des cheveux crépus les revendiquent.

Pour la couleur, on reste dans le « tie and dye », mais beaucoup moins contrasté, avec des racines XXL de votre couleur naturelle et des pointes plus claires. Attention : jamais plus de deux tons de différence !

- Chez les hommes, il parait que les ados donnent du fil à retordre aux coiffeurs ?

Ah, la fameuse mèche des ados ! Ils n'hésitent pas à leur enlever le peigne ou la brosse des mains au moment du brushing pour immortaliser avec de la laque le bon mouvement, c’est-à-dire le moment où ils auront une mèche dans le vent certes, mais tout à fait naturelle.

Bien sûr, pour cela, il faut avoir une bonne masse de cheveux.

Pour ceux ou celles qui, en revanche, ont des zones dégarnies, le Mondial de la coiffure présentait « Hair maker », qualifié de révolutionnaire. Des microfibres de coton adhèrent aux cheveux quand on les frotte et cela donne beaucoup de volume et s'enlève à l'eau du shampoing, comme un maquillage du cheveu ! Le résultat est assez spectaculaire. Ce que je ne sais pas c'est si la poudre peut tomber sur une chemise blanche ou sur l'oreiller par exemple.

La poudre, c'est justement le produit phare en ce moment. C'est ainsi que l'on conditionne le gel. L'effet mouillé n'est plus de mise.

Imaginez que vous poncez un mur : avec de l’eau, vous obtenez du plâtre. Et bien là, c'est comme un plâtre pour cheveu qui leur donne un côté très légèrement poussiéreux... On ne demande qu'à essayer !

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.